Le ministère de l’Agro-industrie a fait l’acquisition d’un irradiateur, un appareil servant à irradier les insectes, mouches et autres moustiques, au coût de Rs 10 millions, somme dont deux-tiers proviennent de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Il sera utilisé principalement par la division d’entomologie de ce ministère dans la lutte contre les mouches des fruits, qui ravagent le pays actuellement, mais aussi par le ministère de la Santé dans sa lutte contre les moustiques, vecteurs de plusieurs maladies.
Selon le responsable du service d’entomologie au ministère de l’Agro-industrie, Krish Permalloo, les pupes (stade nymphal de certains insectes) de ces mouches, qui sont produites par milliers dans ses laboratoires, seront irradiées avant d’être lâchées dans la nature, où elles vont s’accoupler avec des femelles sauvages et les rendre ainsi stériles.
C’est la troisième fois que l’Orient Fruit Fly est entrée à Maurice, après 1996 et 2013, causant des dégâts énormes aux fruits. Krish Permalloo indique que cette mouche est venue s’ajouter aux huit autres espèces déjà présentes à Maurice. « Il faut une bonne hygiène pour pouvoir contrôler ces mouches. Nos hommes sont sur le terrain et ramassent les fruits qui tombent par terre. Nous sensibilisons également la population quant aux dégâts énormes causés par ces mouches. Mais malheureusement, les Mauriciens ne font pas assez d’efforts pour ramasser les fruits qui tombent et pourrissent sur le sol. D’où la prolifération de ces mouches », fait-il ressortir. Et d’ajouter : « Nous utilisons aussi des appâts, dont la “male annihilation technique”, pour attirer les mâles et les exterminer. »
Krish Permalloo estime que l’Oriental Fruit Fly est arrivée dans les bagages de voyageurs ayant fait fi des règlements. « Il se peut que des passagers aient introduit des mangues infectées à Maurice », déclare-t-il, avant d’expliquer que lorsqu’on amène un fruit de l’étranger, « on ne voit pas l’oeuf qui se cache sous la peau du fruit ». Il poursuit : « Lorsqu’on constate, après quelques jours, que le fruit est en train de pourrir, on le jette dans la poubelle ou dans la cour. C’est cela qui fait proliférer la mouche des fruits. »
Il rappelle qu’une femelle pond environ 1 500 oeufs, dont environ la moitié sont des femelles, lesquelles pondront autant d’oeufs. Ensuite, ces insectes atteignent l’âge adulte en 30 à 32 jours, et même en une vingtaine de jours seulement quelquefois. L’irradiateur sera lancé lundi à Réduit en la présence du directeur de l’AIEA (Afrique), Shaukat Abdul Razak.