Après 30 ans de carrière, Vishnou Carombayenin, auteur du succès « Dernier regard », revient au-devant de la scène locale avec deux albums, « 100 pur sang », des chansons écrites en tamil, et « Lovemotions », un Best of de ses meilleurs titres.
Vishnou Carombayenin n’a pas changé. Il a le même regard tourné vers la musique. Le chanteur explique l’intitulé de son nouvel album « 100 pur sang » en disant que Maurice est une île métissée et qu’il a voulu chercher d’autres sonorités. « J’ai choisi de chanter en tamil sur l’album enregistré à Maurice et j’ai bénéficié de l’aide du professeur Viswen Coopen. Les chansons en tamil sont du sud de l’Inde. J’ai travaillé ces rythmes à ma façon. Je souhaite que cela plaise à mes fans. Depuis les succès de Amina, Gâteau Piment Samousa, Tomber Lever, j’ai eu un accueil chaleureux en France où je vis depuis près de trente ans. Maurice reste ma terre natale, le pays qui m’a vu grandir. » Dès qu’il met les pieds à Maurice, cela se sait. Ses amis sont toujours là pour parler de lui. Arborant le même look — longs cheveux bouclés, gominés et son chapeau — lui qui rêvait de devenir le « Mike Brant » local avec ses chansons à l’eau de rose est finalement resté Vishnou. C’est Amina, qui raconte l’histoire d’un amour impossible parce qu’intercommunautaire, qui l’a propulsé dans les charts à l’étranger. Vishnou Carombayenin aime surtout raconter dans ses chansons des faits réels.
Ses deux albums « 100 pur sang » et « Lovemotions », en vente depuis vendredi sur le marché local, ont été tirés à 5 000 exemplaires chacun.