Pour sir Anerood Jugnauth (SAJ), le leader de l’Alliance Lepep, « si ou kont IIe Repiblik, ou napa kapav vot personn laba ». Tel était son mot d’ordre hier lors d’un congrès nocturne à Camp Fouquereaux, dans la circonscription N° 15 (La Caverne/Phoenix). SAJ est revenu sur les allégations faites par le Premier ministre Navin Ramgoolam quant à son éventuelle « implication » dans un « complot d’assassinat » en 1995 et a demandé à l’électorat de « faire attention », avançant que « Navin Ramgoolam peut payer quelqu’un pour simuler un attentat et prétendre que c’est un coup de SAJ ».
« Li vre li enn nwizans, me bizin asasinn li sa ? » a lancé SAJ, répondant à des allégations faites par Navin Ramgoolam selon lesquelles il aurait comploté pour le faire assassiner. « Bizin fer atansyon. Eleksyon pe vini e li kapav pey dimoun pou fer enn espes fos atanta kont li e dir ki Jugnauth kinn dir fer sa. » Il a mis en garde l’électorat contre toute forme de violence pendant la campagne, invoquant que « Navin Ramgoolam pou sey pous dimounn ver la violans e deklar leta dirzans dan pei, ki pou enn preteks pou ranvway eleksyon ». À cet effet, il a demandé à ses activistes de ne pas céder « aux provocations ».
Revenant sur le droit de vote, le leader de l’Alliance Lepep insiste pour que tous les Mauriciens exercent leur devoir civique, un droit acquis après une longue lutte. « Ler ou finn gagn sa ki ou finn gagn valer. Avan sa ou pa ti ena enn sou valer dan sa pei la. » SAJ a toutefois précisé qu’il ne fallait pas se disperser en votant pour des candidats issus de « petits partis » qui ne pourront former un gouvernement. « Pouvwar dan ou lame zordi. Dat eleksyon pou fikse biento e ou pou bizin al vote. Ler ou pou vote ou pou deleg pouvwar e swazir dan ki lame ou pou delege. » Selon lui, le choix doit se faire en fonction de la direction que le peuple souhaite donner au pays. « Si ou kont IIe Repiblik, ou na pa kapav vot personn laba. Vot lalians Lepep pou ki ena enn mazorite for e stab. » Il a promis d’apporter « un changement similaire à l’après-1982 » avec, à ses côtés, Vishnu Lutchmeenaraidoo comme ministre des Finances.
Sir Anerood Jugnauth a par la suite expliqué les raisons de son retour en politique. « Dan mo laz pou pran responsabilite sa pei la pou mett lor mo zepol, li pa enn plezir, pa enn lamizman sa ! Me kan ou « mean business » e anvi travay pou pei pou anpes li koule, li dimann boukou zefor, kouraz e konviksion. » SAJ devait confier qu’une fois au Réduit, il avait choisi de mettre fin à sa carrière politique. « Je n’avais aucune intention de revenir en politique, mais étant donné ce qui se passait dans le pays, Paul Bérenger est venu me voir. On a parlé pendant deux heures et il a dit tout le mal qu’il pensait de Navin Ramgoolam et de ses ministres. Il m’a dit qu’en tant que vrais patriotes, nous devions sauver le pays et l’empêcher de sombrer davantage. Il m’a proposé de refaire l’alliance qu’on avait contractée en 2000 et, me basant sur le succès de cette expérience, j’ai accepté. » Et de poursuivre : « Olye sov pei, linn sove e li pe nway dan pouritir. Tou seki linn kondane, linn bliye. Li dir pa get akote e deryier, get zis divan. » Pour terminer, SAJ devait lancer que « Navin Ramgoolam n’est pas digne d’être Premier ministre ».