La présidente du MSC, Sarah Rawat Currimjee, ici aux côtés de SAJ et de Pravind Jugnauth, a intérêt à trouver une solution à ce problème (photo d'archives)
  • Le MSC n’a pas payé d’allocation aux secrétaires administratives des fédérations sportives depuis six mois

Les secrétaires administratives des fédérations sportives embauchées à plein temps par le Mauritius Sports Council (MSC)n ‘ont pas encore perçu leurs allocations pour la période de janvier à juin. Une somme totale de Rs 54 420 – Rs 9 070 par mois – est due à chacune, mettant ainsi les fédérations concernées dans une situation fort embarrassante. En effet, ces dernières n’ont pas eu d’autres choix que de décaisser de leur budget annuel pour honorer leurs engagements à l’égard des employées du MSC.

Les fédérations bénéficiant des services d’une secrétaire administrative sont actuellement dans le dur. Alors que c’est le MSC qui devrait s’acquitter des allocations destinées à ces dames, les fédérations se sont retrouvées dans l’obligation de débourser des fonds fédéraux avant d’être ensuite remboursées ! De plus, si l’année dernière elles étaient remboursées après trois mois, en revanche, cette année, elles doivent attendre six mois avant de récupérer leur argent. Il faut d’abord reconnaître que la façon de procéder du MSC n’est pas pour plaire aux fédérations. Car en faisant preuve de bonne foi, elles arrivent à court de liquidité pour tenir comme il se doit les événements inscrits à leur calendrier. Et ce sont malheureusement les athlètes qui paient les conséquences. D’ailleurs, cette situation ne laisse pas les dirigeants indifférents.

« Je ne sais pas à quoi joue le MSC. Les secrétaires administratives travaillent et doivent avoir leur dû. Pendant encore combien de temps pourraije puiser des fonds de la fédération ? Le MSC doit respecter ses engagements et assumer pleinement ses responsabilités », nous fait comprendre un président de fédération. Ce dernier comme d’autres ont préféré garder l’anonymat, de peur de représailles. « Déjà que le ministère nous alloue un budget restreint pour nos activités, on ne peut pas assumer cette responsabilité qui n’est pas la nôtre. J’ai dû payer la secrétaire de notre fédération de mes poches », fait ressortir un autre intervenant. « Ce retard est peut-être dû à l’organisation des Jeux des Îles de l’océan Indien qui se tiendront du 19 au 28 juillet 2019 à Maurice. Il faut trouver de l’argent pour le fi nancement de ce projet. Certainement, ils sont en train de kassé ranzé », a ironisé un autre dirigeant. Par ailleurs, Week-End a essayé de contacter la Chairperson du MSC, Sarah Rawat-Currimjee, mais n’étant pas au pays, c’est le Managing Secretary, Zameer Jannoo qui a levé un coin du voile sur cette situation.

« Auparavant, le MSC payait les allocations chaque trois mois, puis c’est passé à chaque six mois. Pour que les paiements soient effectués, il fallait que toutes les fédérations sans exception nous retournent la fi che de présence de leur secrétaire administrative. Certaines l’ont envoyée dans les temps, alors que d’autres ne se sont pas pressées à le faire. À notre niveau, nous avons même dû les relancer à plusieurs reprises », a-t-il expliqué. Zameer Jannoo a précisé que l’autre raison qui peut expliquer ce retard demeure la présentation du budget (ndlr : présenté le 14 juin dernier). « Il fallait qu’on l’étudie avant pour qu’on puisse ensuite répartir les fonds », explique-t-il, avant d’ajouter : « Tout est déjà fi nalisé, il ne manque plus que la signature de la Chairperson. Au courant de cette semaine, les fédérations recevront leur dû. »