Le ministre Toussaint en compagnie des membres de la WADA à Port-Louis

Les membres du conseil d’administration de la Regional Anti-Doping Organisation (RADO) étaient à Maurice les 8 et 9 décembre dernier à l’hôtel Intercontinental à Balaclava, afin de participer à un atelier de travail visant à remettre sur pied le National Anti-Doping Organisation (NADO) à Maurice.

Le workshop a regroupé les représentants de cette instance dans la région de l’Océan Indien (Comores, Seychelles, Djibouti, Madagascar et Maurice) et deux cadres de la World Anti-Doping Agency (WADA).

Le but était de passer en revue plusieurs aspects, comme les règlements, les procédures et les responsabilités de la RADO ; l’élaboration d’un programme national antidopage; le renforcement et développement des capacités ; et les partenariats et opportunités, afin d’aider Maurice à se mettre en conformité avec la WADA. En effet, l’Unité antidopage du ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs avait été déclarée non conforme par le Comité exécutif de la WADA en novembre 2017.

Depuis, tout a été mis en œuvre avec succès pour apporter les mesures correctives requises. Et selon le ministre de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, Stephan Toussaint, le workshop avec les membres de la RADO et la WADA en début de semaine a porté ses fruits. « Nous avons enfin pu mettre les choses en ordre. Bientôt on pourra lancer notre organisation », fait-il ressortir. Cependant, la NADO Mauritius devrait être officiellement lancée après mars 2020, après que les dernières configurations soient effectuées.

En attendant, le Seychellois Jean La Rue, président de la RADO, pour la région indian-oéanique se dit heureux de pouvoir accueillir Maurice au sein de la RADO. « Ce fût un workshop remarquable où nous avons travaillé sur les nouvelles mesures à adopter. Nous pouvons continuer à faire la fierté de l’Océan Indien, en regroupant toutes les organisations de cette région », dit-il. Quant à Rodney Swigelaar, le président de la WADA pour la région Afrique, assure que Maurice bénéficiera du soutien nécessaire dans l’implémentation de son programme anti-dopage. « Nous mettrons à la disposition de l’organisation mauricienne toutes les ressources nécessaires que se soient en matière de formation, test anti-dopage et autres collaborations, pour qu’elle puisse mener à bien son projet. Le sport Mauricien étant en nette progression, au niveau de la WADA, nous voulons assurer que les athlètes méritent leurs médailles et s’adonnent à une pratique sportive saine », souligne-t-il. D’ailleurs, Rodney Swigelaar n’a pas manqué de souligner que 88 contrôles anti-dopage ont été effectués, ainsi que des programmes de sensibilisation ont été menés, lors des 10es JIOI en juillet dernier.