Dans le cadre de la deuxième édition du Ernest Wiehe Jazz Festival, Scope a approché trois adeptes de ce style pour apprendre à l’apprécier. La chanteuse Gina Jean-Charles, le pianiste Noël Jean et le chanteur et producteur Gérard Louis partagent leur découverte, leur vision et leur façon d’écouter cette musique qui fait swinguer.
Le jazz voit le jour au début du 20e siècle à la Nouvelle Orléans en Amérique. C’est une musique influencée d’abord par le blues et le ragtime et qui a fini par gagner le monde entier grâce à des musiciens qui l’ont servi avec talent. À Maurice, lorsqu’on parle de jazz, le nom d’Ernest Wiehe est sur toutes les lèvres, tellement le saxophoniste a incarné ce style musical aux couleurs métisses.
Comment décrire le jazz ? Pour Gina Jean-Charles, Noël Jean et Gérard Louis, un mot pourrait le résumer : improvisation. “Ce terme symbolise tout le côté créatif de ce style de musique”, souligne Noël Jean. Gérard Louis ajoute que cette touche “d’instantané” parvient à donner naissance à la mélodie espérée. Gina Jean-Charles préfère parler d’une musique “libre”, à l’image des esclaves goûtant à la liberté. “Le jazz n’est pas carré. Le musicien peut naviguer au gré de sa fantaisie et faire ce qui lui plaît”, affirme la chanteuse.