Ayant eu vent d’un projet d’extension de la ferme d’aquaculture de la Ferme Marine de Mahébourg, à Pointe-aux-Feuilles, Bambous-Virieux, les pêcheurs des villages environnants y ont exprimé leur opposition à travers une pétition envoyée à Prem Koonjoo et Raj Dayal, respectivement ministre de la Pêche et de l’Environnement. Ils menacent d’avoir recours à des « actions plus énergiques ».
« Zot bril nou later, aster zot bril osi nou la mer… Pa kapav aksepte sa ! Pa kapav ena akapar lamer koumsa kan li deside, mem si sa pe fer peser ditor », soutient Ivor Souci, le porte-parole d’une centaine de pêcheurs professionnels de Bambous-Virieux et des villages côtiers de la région.
Il y a quelque temps, la direction de la Ferme Marine de Mahébourg (FMM) avait annoncé une extension de son projet d’aquaculture à Pointe-aux-Feuilles au coût de Rs 230 millions pour passer à une production de 450 à 3 000 tonnes de poisson par an, avec 2 000 tonnes d’ombrine (Red Drum) et 1 000 tonnes de bar (Sea Bass européen). Trois autres sites pour les cages de poissons en mer seront mis en place, ainsi qu’une écloserie plus grande. Des bâtiments additionnels pour le stockage des aliments et des déchets, de même qu’un centre de plongée, seront aménagés dans le cadre de cette expansion.
« Deza nou gagn difikilte navige, nou pwason pe disparet ek la mer pe polwe. Avek sa proze ki zot ena pou agrandi zot bizness, non selma tou pwason pou disparet dan nou lamer, me pir, peser mem pou disparet de Grande-Rivière Sud-Est à Mahébourg », soutient Ivor Souci.
Dans leur pétition aux autorités, les pêcheurs s’élèvent contre ce projet d’extension de l’aquaculture de la FMM, estimant qu’il se fera au détriment des écosystèmes marins de l’Est, de leurs moyens de subsistance et de la sécurité de la navigation dans le lagon au large de Bambous-Virieux.
Selon notre interlocuteur, l’aquaculture de la Ferme marine de Mahébourg leur cause déjà assez de problèmes depuis son implantation 2002 dans le lagon de Pointe-aux-Feuilles.
« Dabor sa pe zenn nou navigasyon dan lagon », explique Ivor Souci. De ce fait, poursuit-il, les pêcheurs sont obligés de contourner les cages de poissons, faisant un détour pour arriver jusqu’à leur site de pêche. « Non selma nou bril plis lesans, me nou perdi letan kan nou fer sa detour-la ».
Ensuite, poursuit notre interlocuteur, ce projet d’aquaculture pollue les écosystèmes marins environnant. « Sa bann manze ki zot donn zot pwason-la tonb lor koray ek fer zot mor. Kan koray mor pwason pena lakaz pou grandi ek zot osi zot disparet », déplore-t-il. En outre, ajoute-t-il, des déchets de ces poissons en cage se déposent au fond de la mer et aggravent la situation.
« San konte ki sa bann manze al atir bann predater kouma rekin ek zot manz bann pwason ki nou la pess. Kouma dir la FMM pe rass manze dan labouss peser lakot », explique encore Ivor Souci. Selon ce professionnel, leurs prises ont drastiquement baissé depuis que cette ferme aquatique s’est installée dans le lagon de Bambous-Virieux.
Les pêcheurs des villages des environs se disent également « révoltés » par la volte-face du ministre Prem Koonjoo qui est aussi député de la circonscription. « Dan kanpagn elektoral Prem Koonjoo dir li pou rezoud problem peser. Aster la li vinn minis nou trouve ki li al fer renyon ek bann responsab la FMM ek li rezoud zot problem. Nou pa pou krwaz lebra ek gete kan zot pe detrwuir nou la mer ek rass nou bouse manze dan nou labouss… Nou pou pran bann aksyon pli grav », dit-il.