Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD / UNDP) reste ouvert au dialogue et espère que lumière sera faite sur cette affaire. C’est ce qui ressort d’une communication officielle du bureau de PNUD à New-York, dans le cadre d’une enquête qui sera initiée sur le projet “Mainstreaming biodiversity into the management of the coastal zone in the Republic of Mauritius” récemment lancé par le bureau local du PNUD et sur la gestion des fonds alloués par le Global Environment Facility. Une enquête demandée par le collectif citoyen Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL).

“UNDP is aware of concerns raised about a GEF-UNDP project in Mauritius. These concerns are currently being reviewed through a Social and Environmental Compliance Review and a Stakeholder Response Mechanism. We cannot comment on these review processes while they are ongoing. However, we take these concerns seriously and encourage all relevant organisations and authorities to continue working with UNDP on their resolution. We will continue to engage with Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL) and all relevant parties, and welcome productive and positive communications and relations to reach a conclusion that benefits all Mauritians.” C’est ce qui est indiqué dans la communiqué officiel du PNUD.

En effet, pour rappel, le collectif citoyen AKNL a décidé d’alerter les instances internationales dans l’espoir de ramener le ministère de l’Environnement ainsi que le gouvernement à la raison. “Devant l’impossibilité de se faire entendre par nos gouvernants, devant la lenteur et les barrières de procédure quasi insurmontables de notre système judiciaire, devant les abus des promoteurs (mises en demeure, injonctions contre les rapports scientifiques, déploiements de policiers, voire même de bouncers et de truands, les citoyens et organisations de la coalition de la société civile, Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL) n’ont eu d’autre choix que de porter sur la scène internationale le combat pour nos dernières plages et les derniers écosystèmes de notre littoral”, disait Yan Hookoomsing d’AKNL. Cette enquête par la maison mère du PNUD consistera ainsi à faire la lumière sur toute cette affaire.