Le secrétaire général du MMM, Ajay Gunness, fait  face aujourd’hui à une inculpation provisoire d’obstruction à la police au tribunal de Bambous dans le sillage d’une enquête entreprise par la police de Flic-en-Flac. Dans son édition du lundi 17 avril, Le Mauricien avait fait état d’un accrochage survenu samedi soir (15 avril) au poste de police de Flic-en-Flac après l’interpellation d’un automobiliste placé en cellule de dégrisement à la suite d’un contrôle de routine par la Road Safety Unit. Il s’agit du beau-frère de l’ancien ministre des Infrastructures publiques Ajay Gunness, qui avait un taux d’alcoolémie supérieur à la limite autorisée, soit 36 milligrammes d’alcool dans le sang. La police a appliqué la procédure établie en emmenant le conducteur au poste en attendant qu’il se dessaoule. La voiture a été mise sous séquestre en attendant qu’un proche du conducteur vienne la récupérer.
C’est alors qu’Ajay Gunness a débarqué au poste de Flic-en-Flac où il a rencontré son beau-frère. Dans une déposition consignée par un policier en service ce soir-là, le secrétaire général du MMM a demandé au conducteur de le suivre à l’extérieur et de ne pas écouter les instructions de la police. Ce dernier a repris sa voiture conduite par son épouse et a quitté les lieux sans passer la nuit en cellule de dégrisement. Ajay Gunness aurait même demandé aux policiers présents d’ignorer cette affaire.
Mais, après enquête, la police a convoqué l’ancien ministre hier pour un interrogatoire. Assisté de l’avocat Viren Ramchurn, il a récusé les accusations portées contre lui. Cependant, la police l’a informé qu’il était en état d’arrestation, mais il a été autorisé à partir en donnant des garanties qu’il se présenterait au poste de police ce matin. Or, Ajay Gunness s’est rendu directement en Cour, alors que les enquêteurs l’attendaient à Flic-en-Flac pour compléter certaines formalités. Il sera finalement inculpé cet après-midi.