Moins d’une heure après la reprise des travaux parlementaires, notamment pour la seconde tranche du Question Time, le ton est monté d’un cran au sein de l’hémicycle avec pour conséquences l’expulsion du leader de l’opposition, Paul Bérenger, et le Walk-Out des députés du MMM en guise de solidarité avec celui-ci. Ces incidents avaient initialement impliqué le Parliamentary Private Secretary Thierry Henry et le leader du MMM. Celui-ci, qui avait accusé le PPS du PMSD d’être un « criminel » dans un récent accident de la route, avait refusé de se rétracter au sujet de ces accusations à la demande de Madam The Speaker, Maya Hanoomanjee. Paul Bérenger soutient que la présidente de l’Assemblée nationale a fait preuve de « partisanerie » car à trois reprises le PPS Henry l’aurait traité de « batchara » sans aucune réaction de la part de la Speaker (voir réactions plus loin). Ces vifs incidents sont survenus au moment où le Deputy Prime Minister et ministre du Tourisme, Xavier-Luc Duval, répondait à une interpellation du député Rajesh Bhagwan au sujet d’un exercice de recrutement de Tourism Enforcement Officers par la Tourism Authority.
Un aparté (kutchu kutchu) de Xavier-Luc Duval avec ses voisins du Front Bench de la majorité gouvernementale alors qu’il déposait sur la table de l’Assemblée nationale la liste des nouvelles recrues de la MTPA n’aurait pas été apprécié par le député Bhagwan et ses camarades de l’opposition. Xavier-Luc Duval aurait lâché un « pran plezir lire » de manière à goguenarder les députés du MMM en déposant le document. À partir de là, l’ambiance au sein de l’hémicycle a connu une nette détérioration avec des échanges des plus virulents entre les deux camps avec le leader de l’opposition et le PPS Henry se signalant de manière vocale.
Toutefois, depuis le retour à l’Assemblée après la pause du déjeuner, la tension était dans l’air, notamment lors des interpellations du député Reza Uteem adressée au vice-Premier ministre et ministre des Terres, Showkutally Soodhun, au sujet des Pas géométriques alloués à la Société Muhammad Umeeir Ibne Showkut au lieu-dit The Vale. Le deal passé avec Emirates Airlines pour le transfert des pèlerins du Hadj est venu également se greffer sur l’ambiance électrique avec l’opposition contestant le fait que les autorités en particulier le vice-Premier ministre Soodhun n’aient pas recours à un appel d’offres pour le choix du transporteur. En réponse, le vice-Premier ministre soutient que le prix du billet d’avion obtenu, soit Rs 35 000, est le plus bas de ces cinq dernières années.
Après l’expulsion de Paul Bérenger et le retrait des députés du MMM, le Question Time devait se poursuivre avec la présence et participation des députés du Parti travailliste et du Muvman Patriotique.
La PQ inscrite au nom du député Rajesh Bhagwan paraissait des plus anodines. Il voulait savoir du No 2 du gouvernement si la Tourism Authority avait procédé à un exercice de recrutement de Tourism Enforcement Officers, et demandé les noms des recrues avec leurs adresses et autres détails.
Xavier-Luc Duval a donné des détails sur l’exercice entrepris par la Tourism Authority depuis janvier dernier avec appel de candidatures. « À la clôture de l’appel de candidatures, 718 demandes ont été enregistrées. Il y a eu un Screening avec 449 noms retenus. Puis au terme des autres étapes, une Short List de 50 candidats les plus valables a été dressée. Finalement, une offre d’emploi pour une période initiale d’une année », devait-il ajouter.
« Pran plezir lire »
Le Deputy Prime Minister et ministre du Tourisme devait déposer sur la table de l’Assemblée nationale la liste des recrues mais une remarque à voix basse, « pran plezir lire », adressée à l’auteur de la PQ devait mettre le feu aux poudres. En même temps, le leader de l’opposition cherchait à obtenir un renseignement complémentaire au sujet de la composition du comité de sélection, qui était présidé par le HR Manager du ministère du Tourisme. Une première remarque du PPS Henry devait provoquer une violente réaction de la part du leader de l’opposition et un débordement d’invectives de part et d’autre.
Bérenger : « Lâche. Touy zanfan dimounn. Ale do kriminel »
Henry : Twa to prop twa batchara !
Bhagwan (à l’adresse de Xavier Duval) : Si le ministre a le courage de répéter à haute voix ce qu’il a dit à voix basse…
En parallèle, les échanges entre Paul Bérenger et Thierry Henry se poursuivent de plus belle avec des accusations.
Bérenger (toujours en direction du PPS Henry) : Kriminel twa. To lor kosyon ! To inn touy bann zanfan dimounn lor la rout…
Speaker : Order ! Order ! Honourable leader of the opposition, this in not parliamentary.
Soodhun : He has to withdraw. Withdraw ! Withdraw !
Bancs du gouvernement : Withdraw ! Withdraw ! Withdraw !
Speaker : Honorable leader de l’opposition, il faut se rétracter
Bérenger : I say criminal because this is the case…
Speaker : You have to withdraw…
Bérenger : I’m not withdrawing. He is on bail.
Le brouhaha gagne en intensité au sein de l’hémicycle et la présidence perd le contrôle de la situation.
Speaker : Order ! Order ! Order !
Bérenger : I’m not withdrawing…
Speaker : If you are not withdrawing, I’ll have no other option…
Bérenger : I’m not withdrawing…
Speaker : I’ll order you out.
Sur ce, le leader de l’opposition ramasse ses affaires et quitte l’hémicycle de même que les autres députés du MMM. Certains des parlementaires profitent de l’occasion pour régler leurs comptes verbaux. Avec l’autorisation de la présidente de l’Assemblée nationale, Xavier-Luc Duval devait poursuivre la lecture de ses réponses.
Force est de constater que la tension était de mise bien avant la séquence menant à l’expulsion de Paul Bérenger de l’hémicycle. Tel avait été le cas lors des deux interpellations du député Reza Uteem au vice-Premier ministre et ministre des Terres sur les pas Géométriques à la Société Mohammad Humeeir Ibne Showkut à Grand-Baie et le choix d’Emirates pour le pèlerinage du Hadj.
Dans sa réponse initiale, Showkutally Soodhun a expliqué que « la Société GaMa détient un Industrial Site Lease pour la période allant du 17 juillet 2012 au 16 juillet 2072 sur une superficie de 1772.76 mètres carrés de Pas Géométriques à The Vale en vue d’opérer un restaurant ».
« I am informed that the Traffic Management and Road Safety Unit had informed my Ministry that a strip of tarred land forming part of the land leased to Société GaMa was being used by the public as an access road to the restaurant of Société GaMa. It is also being used as a roadside parking or drop off area in the absence of adequate space along the same side of the road », a poursuivi le vice-Premier ministre et ministre des Terres.
«No question ?of gaining favour»
« Cette portion de terrain est aussi utilisée en tant que voie d’accès par des Adjoining Leases. Le 14 août 2013, la société GaMa avait été notifiée par mon ministère qu’il allait reprendre possession de 92 mètres carrés de terre en vue de créer une route d’accès et que cette portion de terrain sera confiée au conseil de district pour les besoins de maintenance », a avancé Showkutally Soodhun, qui ajoute que « no cost has been incurred by Government in terms of compensation to Société GaMa as the Director, Valuation and Real Estate Consultancy Services has informed that there was no significant increase in value of the excised portion of land. En ce qui concerne l’amendement du bail au nom de la société GaMa, après l’excision des 92 mètres carrés de terrain, une somme de Rs 1 450 a été encourue par le gouvernement sous forme de Registration and Stamp Duty ».
Uteem : Puis-je obtenir confirmation que la raison réelle derrière toute cette affaire était de favoriser l’accès au campement de la Société Mohammad Umeeir Ibne Showkut de son fils ?
Soodhun : There is no question of gaining favour. Le terrain de la Société Mohammad Umeeir Ibne Showkut n’est pas un Adjoining Neighbour de la Société GaMa. Il y a un accès direct sur la route. Donc, nul besoin de cette route d’accès.
Uteem : Sous la correction de la Chambre, je vais citer des extraits d’une correspondance que je compte déposer sur la table de l’Assemblée nationale. « As a result of certain constructions effected by Société Mohammad Umeeir Ibne Showkut, the access road to the portion of the lease land of extent 875 square metres owned and occupied by Société la Belle Anse has been obstructed… I hereby by these presents, undertake and irrevocably agree in the name of the partnership of Société Mohammad Umeeir Ibne Showkut to grant a full right of passage and access from the coastal road onto the land occupied by Société Belle Anse ». Cette correspondance est signée de Showkutally Soodhun en date du 17 février 2014. De par la teneur de ce document, il est clair que suite à des constructions illégales, l’accès a été bloqué, d’où la décision de reprendre le bail ?
Soodhun : C’est une correspondance au Senior Chief Executive du ministère. La Société La Belle Anse appartient à un des voisins de travées de l’honorable membre. Cela s’est passé en 2013 et 2014. J’invite l’honorable membre à aller déposer ledit document au Central CID.
Uteem : I’ll do it.
Soodhun : Do it.
Uteem : Peut-il confirmer si le ministère a octroyé un nouveau bail en 2015 ?
Soodhun : No lease was granted in 2015, but in 2011. I invite the honourable member to go to ICAC.
Bérenger : Humm ! ICAC !
Uteem : Je vais également déposer ce document. Un nouveau bail a été octroyé par le ministère le 26 août 2015…
Soodhun : It’s not true. Le Senior Chief Executive Oozeer a quitté le ministère deux jours après ma prise de fonctions…
Opposition : Pas Oozeer ! Pather !
Soodhun : Je maintiens qu’il n’y a pas eu de nouveau bail. J’assume ma responsabilité. No lease was granted to Société Mohammad Umeeir Ibne Showkut in 2015. I am challenging anybody. He can go to CCID…
Uteem : It’s a public document drafted by Notary Sawmynaden on 26 August 2015.
Le ministre Yogida Sawmynaden dresse l’oreille à ce détail révélé par le député Reza Uteem dans son mano a mano avec le vice-Premier ministre Soodhun.
Le duel se poursuivra sur la question du transporteur aérien pour le pèlerinage du Hadj. Le député Uteem voulait savoir si l’Islamic Cultural Centre a eu recours à un exercice d’appel d’offres à cet effet.
Soodhun : I have been informed by the Islamic Cultural Centre that no bid exercise has been carried out for the year 2016. En réalité, le Centre Culturel Islamique ne contracte aucun accord avec les compagnies aériennes. But only requests for offers to give price indications to pilgrims willing to take best offers received. Such an exercise was carried out in 2015, but no response was received from any airline company or General Sales Agents in Mauritius.
Pe dir twa fer ?enn Tender…
Le vice-Premier ministre a ajouté qu’au cours de ces cinq dernières années, les pèlerins du Hadj, avec la taxe d’aéroport à Djeddah, ont payé les billets d’avion comme suit :
2010 – Rs 41 300
2011 – Rs 39 870
2012 – Rs 38 750
2013 – Rs 41 390
2014 – Rs 40 577
Soodhun : Les pèlerins ne sont pas tenus de voyager par la compagnie aérienne proposée par le Centre Culturel Islamique. Ils sont libres d’exercer leur choix. Nous avions pris contact avec Saudi Airlines. Cette compagnie aérienne n’était pas intéressée. Puis, nous avions ouvert des négociations au plus haut niveau avec Emirates, qui voit la destination de Maurice de manière stratégique. En mars 2015, j’ai discuté personnellement avec le président de l’Emirates Group, Sheik Ahmed bin Saeed Al Makhtoum. Le point le plus délicat était le risque de change du dollar par rapport à la roupie. Initialement, le prix variait dans la fourchette de 1 250 et 1 650 US dollars. Puis, il y avait le risque du coût du carburant. Nous avons pu faire coter par Emirates les prix en roupies au lieu de dollars américains. Je suis fier qu’en 2015, nous ayons obtenu le billet à Rs 35 000, soit le prix le plus bas de ces cinq dernières années. Puis lors de sa visite officielle aux Émirats arabes unis, le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a obtenu que le prix de Rs 35 000 soit maintenu en 2016 avec des facilités pour deux pièces de bagage de 23 kilos chacune et six litres de Zamzam Water par passager.
Uteem : Puis-je savoir pourquoi le vice-Premier ministre s’est personnellement engagé dans cette affaire ?
Soodhun : When his uncle was chairman of the Islamic Cultural Centre, what did he do ?
Cette remarque de Showkutally Soodhun provoque des étincelles dans l’hémicycle.
Speaker : Honourable Vice Prime Minister…
Soodhun : Lui aussi, il peut le faire. Il est de foi musulmane et membre de l’Assemblée nationale.
Uteem : Si un exercice d’appel d’offres digne de ce nom avait été lancé, on aurait eu un billet d’avion à Rs 31 000 en passant par les Seychelles ?
Soodhun : En 2012, l’ICC avait négocié avec Etihad en transitant par Abu Dhabi en route pour Djeddah. Nous ne pouvons imposer de lignes aériennes aux pèlerins.
Bérenger : Pe dir twa fer enn Tender…
Soodhun (en direction de Bérenger) : Twa ki to kone ladan. Kan to ti Premie minis, ki to inn fer…
Bérenger : Twa ki to kone. Twa ek Bhadain katastrof parey…
Uteem : Le vice-Premier ministre a imposé à l’ICC un paiement de Rs 5 millions à Emirates dans un délai de 24 heures. A-t-il donné de telles instructions au Board de l’ICC ? (Le député cite des extraits de cette correspondance relative aux membres du Board de l’ICC en brandissant le document.)
Soodhun : Où est le problème ?
Uteem : Cela démontre que le deal a été conclu avec Emirates ?
Soodhun : Nous avons obtenu le meilleur prix du billet d’avion des cinq dernières années. These people are deaf. If we don’t take precaution. If we don’t pay in advance, we run the risk of missing the chance…
À ce moment précis, une remarque du vice-Premier ministre, soit «To ine alle fer Hadi avec 20 dimounes twa c… Alle lave twa» suscite des réactions de la présidente de l’Assemblée nationale et du Deputy Prime Minister, Xavier Luc Duval.
Speaker : Honourable Vice Prime minister, don’t be provocative…
Bérenger : Withdraw!
Soodhun : He is provoking…
Speaker : The words just used are unparliamentarian.
Shakeel Mohamed : J’ai écouté la réponse du ministre. Il ne nie pas avoir donné des directives au Board de l’ICC. Peut-il confirmer qu’il a présidé lundi une réunion du Board de l’ICC où quatre membres ont été révoqués et quatre autres nommés ?
Soodhun : Come with a substantive question.
Meea : The Honourable Vice Prime Minister is misleading the House…
Speaker : This is not correct. Si vous maintenez votre déclaration, il faudra présenter une motion. Y êtes-vous disposé ?
Meea : What he is saying is not factually correct…
Speaker : Vous avez à vous rétracter.
Meea : I withdraw. Il dit qu’avec Etihad, il faut transiter à Abu Dhabi. Avec Air France, il y a l’escale à Paris. Mais avec Emirates, il n’y a pas de connexion directe avec Djeddah ?
Soodhun : J’ai déjà répondu. Le trajet vers Abu Dhabi est de six heures et demie. Sur Paris, cela fait plus de 12 heures…
Meea : He is talking nonsense…
Soodhun : Everybody is free to travel…
Alors que la présidente de l’Assemblée nationale tente d’intervenir, le leader de l’opposition se fait entendre.
Bérenger : We are not salesmen. He is telling to go and shop around.