Le Media Trust est intervenu par voie de communiqué pour demander à Madam The Speaker, Maya Hanoomanjee, de reconsidérer sa décision dans l’affaire de l’hebdomadaire, Weekly. La rédactrice en chef de cette publication, Touria Prayag, a été interdite d’accès à l’enceinte de l’Assemblée nationale pour quatre séances. À l’annonce de cette sanction lors de la séance de mardi dernier, Maya Hanoomanjee a soutenu que la principale concernée ne s’est pas excusée suite à des commentaires publiés dans un éditorial au sujet du déroulement des travaux de l’Assemblée nationale.
Dans un communiqué émis à 14h hier, le Media Trust avance que « nous invitons donc respectueusement Mme la Speaker à reconsidérer sa décision, en vertu de ce droit fondamental à la liberté d’expression et pour rétablir l’indispensable sérénité qui doit prévaloir entre le législatif et la presse à Maurice. Nous réitérons aussi la nécessité, pour les institutions, de maintenir le dialogue avec la presse et non de recourir à des sanctions formelles ou officieuses au moindre signe de désaccord avec les journalistes et les titres de presse. »
Auparavant, le Media Trust notait que « cette sanction, d’une grande sévérité, nous semble hors de proportion avec la situation commentée. Le délit d’opinion, auquel s’apparente désormais ce différend, est de moins en moins acceptable dans les démocraties modernes en ces temps de transparence accrue, où chaque institution se soumet volontiers au jugement de l’opinion publique. Les journalistes couvrant les travaux du Parlement n’y assistent pas comme de simples spectateurs. Ils y incarnent le droit fondamental des citoyens mauriciens de savoir ce qui s’y passe, dans quelles conditions fonctionne le Parlement et ce qui s’y décide. Toute mesure d’exclusion de journalistes du Parlement va donc à l’encontre du droit fondamental du citoyen de s’informer et d’exprimer son opinion ».