Jiawed Ruhumatally, poursuivi aux Assises pour le meurtre de Gérald Lagesse lors du braquage de la MCB en février 2005, devra rester en détention en attendant le “ruling” du juge Pritviraj Fekna concernant la motion d’arrêt des procédures logées par la défense. L’affaire a été renvoyée au 20 janvier, l’homme de loi de l’accusé, Me Zahreedin Jaunbaccus, n’étant pas au pays en ce moment.
Lors d’une précédente comparution devant la cour d’Assises, Me Zahreedin Jaunbaccus avait logé une motion demandant l’arrêt du procès, déclarant que les procès-verbaux de l’enquête préliminaire étaient irrecevables vu que quelques témoins avaient déposé en anglais, une langue que ne maîtrisait pas son client. Ainsi, des Court Officers avaient été assignés pour témoigner du déroulement de l’enquête préliminaire instituée en Cour correctionnelle de Port-Louis.
Selon eux, l’accusé Ruhumatally n’avait à aucun moment objecté à ce que l’enquête préliminaire soit arrêtée en l’absence de son avocat. Ils avaient de plus affirmé que, selon les documents produits en cour, les procédures se faisaient en kreol afin de ne pas porter préjudice à l’accusé. Me Zahreedin Jaunbaccus avait déclaré, pour sa part, que les différents Court Officers ne faisaient pas mention de la langue utilisée dans leurs notes et que, selon les témoins, c’est la magistrate qui présidait ce procès que le mentionnait dans ses notes et qui informaient la cour de la langue qui serait utilisée avant qu’un témoin ne dépose.
Cette affaire remonte à février 2005. Deux complices de Jiawed Ruhumatally, à savoir Daniel Désiré Steve Monvoisin et Jacques Désiré Laval Sambacaille, avaient accepté les faits qui leur étaient reprochés dans le cadre de la mort de Gérald Lagesse, ancien Customer Care Supervisor de la MCB. Le Directeur des poursuites publiques avait logé une charge d’assassinat contre les deux accusés ainsi que contre Jiawed Ruhumatally, les deux complices acceptant de plaider coupable si la charge était réduite à celle de “manslaughter” (meurtre sans préméditation). Ils avaient ainsi écopé de 16 ans de prison. Jiawed Ruhumatally avait, lui, plaidé non coupable.
Les voleurs avaient emporté Rs 51,8 M du coffre de la banque. Si les recherches de la police ont permis de récupérer la somme de Rs 3 M dissimulée sous un pont à Ébène, la majeure partie du butin demeure jusqu’ici introuvable. L’enquête avait été menée par la Major Crime Investigation Team.