L’Égypte, l’Éthiopie et le Kenya ont donné le coup d’envoi aux 11es championnats d’Afrique juniors d’athlétisme hier au stade de Bambous en s’attribuant les premières médailles d’or en jeu. Fadya El Kasaby au disque féminin, Tesfay Haylu au 3 000 m dames et Festus Kiprono au 3 000 m steeple hommes se sont respectivement distingués, alors que les Mauriciens Jonathan Permal, Jean-Ian Degrâce au 100 m, Orwin Emilien au 400 m haies, Sébastien Clarice au 400 m et Cédric Rabeau au saut en longueur ont assuré leur place en finale prévue cet après-midi.
Cette première journée de compétition ne pouvait pour ainsi dire mieux commencer après l’annulation de l’épreuve du décathlon le matin en raison d’un manque de concurrents. L’Égyptienne Fadya El Kasaby, 19 ans, allait donc réussir sa performance victorieuse de 42,71 m à son sixième et dernier essai, laissant l’argent à la Sud-Africaine Duvenhage (40,00 m) et le bronze à la Seychelloise Rose (28,03 m). La Mauricienne Shania Vadamootoo prit la 5e et dernière place avec un jet de 23,92 m.
Ravie de sa médaille d’or, l’Égyptienne s’est dit néanmoins déçue d’être passée loin de sa marque personnelle située à 47 m. Elle explique, en présence de son coach et entraîneur national, Imad Fayz, que « c’est la première fois que nous voyageons cette année hors de notre pays à cause des troubles et violences qui y règnent ces derniers temps. C’est ma première médaille d’or de la catégorie. Mais le niveau n’est pas ce que j’attendais. » Elle visera également l’or au poids.
Dans la finale du 3000 m dames, qui réunit cinq concurrentes, personne ne voulut prendre l’initiative sur les premiers tour de piste. La course s’est décantée à deux tours de l’arrivée. Et ce sont les deux Éthiopiennes Haylu Tesfay et Berhe Gidey qui passèrent aux commandes devant la Kenyane Sheila Ghepnegetich. Mais celle-ci parviendra quand même à s’accrocher à la plus rapide de ses deux adversaires pour entamer ensemble le dernier tour au sprint. Mais à 50 m de l’arrivée, Haylu Resfay s’envola seule vers la victoire en s’imposant en 9’32”33.
« Je vaux bien moins, soit 8’50”03, mais aujourd’hui il fallait surveiller les deux Kenyanes et viser uniquement la médaille d’or. Le vent était aussi défavorable, c’est pourquoi j’ai démarré lentement. Mais cette victoire était attendue. Je suis vraiment très contente », a-t-elle déclaré.
Enfin, au 3000 m steeple, le Kenyan Festus Kiprono s’est avéré trop fort pour ses adversaires. Une course qu’il a toujours menée dès le début en compagnie des deux Éthiopiens Molla Workie et Gigsi Nurgi. Le trio avait déjà fait le trou à quatre tours de l’arrivée devant le l’Érythréen Habtegebrjel et le Marocain Chemal. Ce dernier devait même abandonner à deux tours de la fin. Mais alors que l’arrivée se profilait, Kiprono déposa ses deux plus proches poursuivants, s’envolant seul vers la victoire pour s’imposer avec aisance avec plus de 80 m d’écart.
« Gagner n’était pas un problème malgré le vent contraire dans la ligne droite finale. La course n’a pas été dure. C’est mon premier titre africain chez les juniors et j’en suis heureux. Mais mon record personnel est de 8’36”07, réalisé cette année », a-t-il réagi. Kiprono, 18 ans, avoue qu’il s’est aussi essayé aux 1500 m, 5000 m et 10 000 m avant d’adopter le 3000 m steeple pour en faire sa spécialité.
S’agissant des athlètes mauriciens, signalons que dans l’épreuve qualificative du 400 m dames, Aurélie Alcindor, l’unique engagée, a été contrainte à l’abandon, vaincue par des crampes survenues après 150 m de course. Quant à Jonathan Permal, Jean-Ian Degrâce, Orwin Émilien, le cadet Sébastien Clarice et Cédric Rabeau, ils tenteront cet après-midi de monter sur le podium ou, à défaut, réaliser une performance honorable dans leur épreuve.