Après le sprinter Jonathan Permal qui s’est envolé le 6 octobre rejoindre le centre d’entraînement de haut niveau de l’IAAF en Jamaïque, deux autres sprinters mauriciens ont pris la même destination hier. Il s’agit de Thierie Ferdinand et Julien Meunier, qui ont bénéficié de l’aide du Trust Fund for Excellence in Sports. Ils s’entraîneront à Kingston une saison entière en prévision des 9es Jeux des îles 2015.
C’est ce qu’on avance au TFES. Si Jonathan Permal dispose lui de la nouvelle bourse intérimaire de la Solidarité olympique introduite cette année grâce à un accord conclu pour la première fois entre la l’Association des fédérations internationales d’athlétisme (IAAF) et la Solidarité olympique, les deux autres sprinters ont obtenu leur billet par le truchement de la fondation.
« C’est toujours sous la recommandation de l’Association mauricienne d’athlétisme que nous agissons. Ces deux jeunes sont partis assez tôt vu que les entraînements au centre de Kingston reprennent déjà en cette période. Ils ont été choisis tout comme d’autres sportifs membres du Trust, en sachant qu’ils sont considérés comme étant des médaillés d’or potentiels pour 2015, que ce soit dans les épreuves individuelles ou dans le relais », fait ressortir Michael Glover, CEO du TFES.
À l’inverse de Thierie Ferdinand et Jonathan Permal qui entament leur deuxième saison complète en Jamaïque, Julien Meunier en sera lui à sa première expérience à ce niveau. « On pense qu’il a un bon potentiel pour devenir un bon coureur de 200 m et 400 m », estime le TFES au sujet de Meunier, 18 ans et encore junior.
Thierie Ferdinand et Jonathan Permal avaient été pendant quatre-cinq mois à l’essai à Kingston en 2011-2012 avant d’intégrer pleinement le centre pour toute une saison, prenant de d’octobre à juin. Avant d’être boursier de la Solidarité olympique, Jonathan Permal avait été pendant deux ans membre du TFES. Les trois sprinters ont débuté leur carrière à Flacq avec l’entraîneur Nanda Chinapyel. Ce dernier s’occupe toujours de Permal et de Ferdinand lorsqu’ils rentrent à Maurice.
D’autres athlètes, ceux-là spécialistes des lancers, sont également membres du TFES. Des stages de courte durée à l’étranger, notamment en Afrique du Sud, sont normalement privilégiés pour leur perfectionnement.