Le boursier olympique Orwin Émilien, ici à gauche, lors des derniers Jeux des îles à Bambous en juillet dernier, est reparti pour une nouvelle saison plein d’ambitions

Les derniers Jeux des îles (19-28 juillet) ainsi que les Jeux d’Afrique du Maroc (19-31 août) sont déjà bien loin derrière. Et les choses commencent déjà à s’activer du côté de l’Association mauricienne d’athlétisme (AMA) pour la nouvelle saison. Les regards sont tournés vers les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, où ils sont deux athlètes à disposer d’une bourse de préparation olympique.

Valeur du jour, l’AMA travaille sur l’ébauche d’un nouveau calendrier d’activités 2019-2020 tout en passant en revue les différentes étapes qui ont eu des retombées positives et d’autres aspects pour lesquels il faudrait rectifier le tir. C’est ainsi que depuis septembre se tient chaque samedi, un colloque qui permet de traiter différents thèmes clés qu’englobe l’athlétisme, tels l’entraînement, l’organisation de compétitions, le rôle des officiels, entre autres. Ces ateliers de travail sont suivis d’un rapport régulier, a indiqué le président de l’AMA, Vivian Gungaram. Le comité directeur de l’association se réunit du reste aujourd’hui à son siège, au stade Maryse Justin à Réduit, pour l’élaboration d’un calendrier d’activités.   

S’agissant des deux boursiers olympiques de Tokyo 2020, en l’occurrence les sprinters Orwin Émilien (400m) et Jean-Ian De Gräce (100/200m), ils demeurent toujours des valeurs sûres pour l’avenir. Exclu de la sélection mauricienne pour cause d’indiscipline à quelques jours des Jeux des îles, Jean-Yann De Grâce (Suisse) aura déjà renoué avec l’entraînement fin septembre. Ses coaches en ont ainsi avisé. Aux États-Unis, où il est en bourse sport-études depuis quatre ans déjà, Orwin Émilien bénéficiera à nouveau de tout le soutien nécessaire de la part des différentes instances sportives mauriciennes pour réussir une saison meilleure que la précédente. Il avait notamment été médaillé d’argent au 400m aux Jeux des îles et avait raté complètement la finale du 200m, terminant 8e. Il n’avait pas été aligné au relais 4x400m. Les deux sprinters bénéficient chacun d’une bourse mensuelle de Rs 15 000 du Comité olympique mauricien depuis janvier 2018.

Par ailleurs, les barèmes seront plus que jamais très difficiles à atteindre dans le cadre de la qualification olympique de Tokyo 2020. Les deux critères qui seront pris en compte étant les minima et le classement mondial dans quasiment toutes les épreuves. Les minima au 100m hommes, par exemple, ont été placés aussi haut que 10″05 tels qu’ils étaient d’ailleurs aux récents Mondiaux de Doha au Qatar. Cet écrémage par le haut vise à attirer un plateau de plus en plus exceptionnel, voire impitoyable envers ceux valant 10″06 tout au moins, sauf si le nombre de qualifiés n’est atteint par voie de minima… Les places seront aussi désormais limitées à 16 équipes qui accéderont directement aux demi-finales et  finales des relais 4x100m/4x400m hommes et dames.