En sport, dit-on, la meilleure défense c’est l’attaque. Mais faudrait-il qu’au départ on soit capable de mener soi-même cette attaque. Pour se défendre de sa baisse de popularité et de son incapacité à produire, ne serait-ce, qu’un semblant de «Management» au sein de ce ministère, le secrétaire permanent Virenkumar Daby se cache derrière les «petits travailleurs» de ce ministère, notamment des Clerical Workers ou des Coaches sous contrats. C’est ce qu’on peut relever de ce courrier de soutien en faveur du PS que nous avons reçu à notre rédaction en date du 21 mai. «We, the  undersigned staff of the Ministry of Youth and Sports, wish to refer to your press article concerning the Permanent Secretary, M. V.K Daby, and the alleged conflicts between the management and the staff. We wish to point out that your article is totally contradictory as the Permanent Secretary has full support from his staff», peut-on lire dans ce courrier. Dans lequel on y voit pêle-mêle une cinquantaine de signatures dont beaucoup ne peuvent être identifiées, car c’est souvent le cas dans ce genre de situation.
Toujours est-il qu’un des signataires de ce courrier de soutien nous a confié que c’est à l’initiative de deux officiers (Vanina Cadressen et Dev Auchoybar) qui sont, dit-on, dans les bons carnets du PS qu’il leur a été proposé de venir avec ce courrier de soutien et qui ont convoqué les principaux signataires dans une réunion lundi dernier. Une réunion durant laquelle la rédaction de cette lettre de soutien a été évoquée et où le PS Daby a donné son aval en disant «aller fer li». Si ce n’est que vendredi que la rédaction de Week-End a reçu la lettre en question, par contre depuis mercredi nous sommes informés de ce qui se tramait dans les couloirs du MJS. Notamment sur la question de deux clans qui se dessine, aussi clair que l’eau de roche, au sein de ce ministère. Le clan du PS est aussi soutenu par l’Assistant Secretary Ashok Bundhooa, qui comme Virenkumar Daby, se sent politiquement très fort. Pour la bonne est simple raison  qu’ils sont tous deux proches d’un groupe socio-culturel, font de la politique active et habitent dans la circonscription No 5, qui est aussi celle du ministre Ritoo.
Conséquence directe de cette situation, les deux hommes se sentent intouchables dans ce ministère à tel point qu’ils ont décidé de  «changer les choses dans ce ministère.» Le changement le plus important qu’ils ont mené c’est l’arrêt du traditionnel Management Meeting du lundi. Dans le sillage de cette affaire, une source dans ce ministère nous indique que depuis juillet …2011 il n’y a pas eu de réunion entre le top et le middle management. «La dernière réunion fut présidée par Nayan Ballah, l’ex-PS qui est parti dans un autre ministère au retour des Jeux des Iles», nous a confirmé un Sports Officer.
«Pas Week-End ki pou décidé»
Cet état de chose a été évoqué à mainte occasions dans différentes réunions au 3e étage de l’Emmanuel Anquetil Building, mais ni le PS ni le AS Bundhooa n’ont jugé utile de relancer cette réunion. Malgré une décision ferme prise sur la question en fin de l’année dernière. «Pas Week-End qui pou décidé kouma sa ministère la pou fonctionné», avait entre autres lâché l’AS à ceux qui voulaient l’entendre. Reste que cette situation de «deadlock» au sein du MJS n’a qu’une seule conséquence: le blocage du sport à Maurice. Interrogé hier par Week-End, le ministre Devanand Ritoo reconnaît que «tout n’est pas actuellement rose» au sein de son ministère. Il a indiqué à Week-End que la gestion du staff «n’est pas tout à fait de mon ressort, mais du PS. Mais je ferai de mon mieux ce lundi de réunir tout le monde afin de crever l’abcès», a-t-il confié.