Maintenant que le Bureau politique et le Comité central du MMM ont décidé que c’est Paul Bérenger qui se présentera comme candidat au poste de Premier ministre aux prochaines élections générales pour la totalité de la durée du mandat électif, soit cinq ans, se pose dès lors la question de la désignation de son No 2, celui qui sera éventuellement présenté comme le vice-Premier ministre d’un gouvernement MMM. Le leader du MMM a déjà pressenti les difficultés et a réclamé de la latitude pour pouvoir exercer ce choix délicat. La tâche s’annonce toutefois ardue puisquechoisir entre Ajay Gunness et Pradeep Jeeha ne sera pas de tout repos.
Si c’était dans une course objective dénuée de toute autre considération que le mérite et la popularité tant à l’intérieur du MMM que sur le terrain, Ajay Gunness  l’emporterait haut la main. S’il devait avoir un vote interne pour choisir un VPM, c’est sans aucun doute l’actuel secrétaire général qui serait plébiscité.
Mais le hic pour ce militant qui a fait ses premières armes auprès du militant de la première heure Zeel Peerun est qu’il est toujours empêtré dans son affaire de bureau rénové en 2004 et qui traîne encore, parce que le DPP a décidé de faire appel de la décision des magistrats de rayer les charges qui pesaient contre lui en Cour intermédiaire en octobre 2014. Ce qui fait qu’il y a toujours une épée de Damoclès sur sa tête qui le met en position de vulnérabilité quant à ses perspectives de promotion au poste de No 2 d’un éventuel gouvernement mauve.
Son concurrent direct n’est autre que Pradeep Jeeha, quelqu’un qui éprouve toujours des difficultés à se faire accepter par les militants, à défaut de se faire aimer. Les résultats des dernières élections internes témoignent de ce désamour entre lui et la base mauve. Aux élections nationales du 8 février 2015 pour un siège au Comité central du MMM, il n’obtient qu’une modeste 23e place avec seulement 230 voix, ce qui le place au bas du tableau, plus près de la sortie que du sommet. Ajay Gunness, lui, caracolait à la quatrième place avec 338 voix.
A l’élection plus restreinte du Bureau politique, là aussi, il ne fait pas mieux puisqu’il est élu en 13e position sur les 20 postes à pourvoir pendant que Ajay Gunness prend  la 4e place. Si Pradeep Jeeha est le mal aimé historique du MMM, c’est qu’il l’a bien cherché. Et qu’il récolte ce qu’il a semé. Beaucoup ne lui pardonnent pas ses manoeuvres, entre 2000 et 2005, avec des organisations dont le comportement se situe aux antipodes de ce que les membres de la base mauve considèrent comme des valeurs militantes essentielles.
Pour beaucoup, au MMM, Pradeep Jeeha fait figure de «loser» dans la mesure où il n’a pas réussi à se trouver un ancrage politique solide sur le terrain. Il n’a connu qu’un seul mandat comme député du No 6 entre 2000 et 2005 et n’a pu retrouver un siège de député après s’être successivement présenté en 2010 au No 4 et au No 16 aux dernières élections générales de 2014.
C’est dire que cet élément, apatride en terme de circonscription, a encore du chemin à faire pour s’imposer. Le seul avantage dont dispose Pradeep Jeeha est sa proximité politique et surtout sociale avec le leader du MMM, Paul Bérenger. Et on assure qu’il s’est métamorphosé, qu’il a réalisé un énorme travail sur lui-même et qu’il a exorcisé ses vieux démons. Serait-ce suffisant pour décrocher le poste de No 2 ? Rien n’est moins sûr. D’où le report de cette épineuse équation.
NDLR : Nous voudrions corriger une inexactitude contenue dans le texte ci-dessous. Pradeep Jeeha a eu, en fait, deux mandats de député de la circonscription No 6, le premier de 1995 à 2000 et le second de 2000 à 2005. Il a été un candidat malheureux au No 4 en 2010 et au No 16 aux l’élections de 2014.