Un « Poisson Poubelle » a été installé sur le Port-Louis Waterfront, samedi dernier, par la Rogers Foundation. Et ce, dans le cadre de la Journée mondiale de l’Océan, célébrée le 8 juin. La structure métallique a été réalisée par la compagnie Mauribio Ltd sur le modèle des « Fish Trash Bins », phénomène mondial. Le « Poisson Poubelle » sera au Port-Louis Waterfront durant deux semaines.

Pour Audrey d’Hotman, CSR & Sustainability Manager du groupe Rogers, « nous souhaitons que cela serve de rappel que, lorsque nous jetons nos déchets plastiques dans la nature, sur les plages ou dans les rivières, ils finissent à la mer, où ils se désagrègent en fines particules. Celles-ci sont mangées par les poissons, eux-mêmes destinés à notre alimentation. C’est ce que nous souhaitons pour nos enfants ? » Par ailleurs, Rogers a dans cette même optique lancé une campagne de communication en s’appuyant sur le slogan « Zet dan lamer, tom dan lasiet ». Chaque année, précise Audrey d’Hotman, quelque 8 millions de tonnes de plastique se retrouvent à la mer. Ainsi, ce qui était jadis considéré comme un matériau miracle pour sa durabilité et sa longévité est aujourd’hui utilisé pour fabriquer des objets à usage unique, qui se sont transformés en fléau à l’échelle planétaire.

Aussi, le « Poisson Poubelle » a-t-il été installé sur le Port-Louis Waterfront avec l’aide de Landscope Mauritius, gérant des lieux. « Landscope (Mauritius) Ltd, à travers le Port Louis Waterfront, est honoré de participer à cette initiative de la Rogers Foundation pour marquer la Journée mondiale de l’Océan et sensibiliser la population aux conséquences de la pollution de l’océan. C’est avec peine que nous constatons les dégâts causés. Des organisations internationales ont déjà tiré la sonnette d’alarme concernant les effets sur la biodiversité. Il est à la fois triste et inquiétant de noter qu’à ce jour, des centaines d’espèces sont victimes d’enchevêtrement et que plus de 240 espèces ont ingéré du plastique. Une prise de conscience urgente est plus que nécessaire si nous voulons éviter une catastrophe écologique », déclare Naila Hanoomanjee, Chief Executive Officer de Landscope (Mauritius) Ltd. C’est dans une même perspective de sensibilisation sur le long terme que, par ailleurs, les fi liales de Rogers ont tous mis la main à la pâte pour la Journée mondiale de l’Océan et la Journée mondiale de l’Environnement célébrée le 5 juin.

Ascencia, qui gère six centres commerciaux à travers l’île, organisera plusieurs ateliers DIY autour des 3 R (réduire, réutiliser et recycler). Croisières Australes et les hôtels Heritage Le Telfair, Heritage Awali et Veranda Tamarin mettent, eux, l’accent sur la collecte d’ordures sur les plages, doublée d’une sensibilisation visant à la fois les employés et la clientèle. Les activités de « clean-up » ailleurs que sur des plages sont aussi à l’agenda de Velogic et d’Heritage Nature Reserve. « Island Living qui, pour sa part, gère les activités de loisirs et de restauration compte donner une suite à sa campagne “The Last straw” menée l’an dernier chez Ocean Basket, grâce au recours à des pailles à base d’amidon végétal »,indique-t-on.