L’Association des Consommateurs de l’île Maurice (ACIM) demande au ministre du Commerce et de l’Industrie, Cader Sayed-Hossen, d’enquêter en vue d’établir si la nouvelle hausse des prix de l’huile de cuisine, récemment intervenue sur le marché local, se justifie.
Dans une lettre au ministre Sayed-Hossen, l’ACIM rappelle qu’il y a eu deux augmentations du prix de cette denrée au cours de ces trois derniers mois. L’association souligne la nature stratégique de ce produit, dont la fluctuation du coût a nécessairement un effet boule de neige sur les prix de produits finis.
L’association juge également contradictoire les raisons avancées par les deux entreprises engagées dans cette filière industrielle pour justifier la nouvelle augmentation des prix ; l’une soutenant qu’elle découle de la hausse du prix des matières premières sur le marché mondial à la suite de la sécheresse aux États-Unis, l’autre avançant comme raison la nouvelle parité monétaire avec l’appréciation du dollar.
L’ACIM réclame en conséquence une enquête approfondie de la part du ministère du Commerce et de l’Industrie sur les implications réelles de ces différentes raisons avancées, de même que par rapport au coût de la main-d’oeuvre, des frais administratifs et des profits, notamment, dans l’industrie de production de l’huile de cuisine.
De manière plus générale, l’association demande au ministre de considérer la mise sur pied d’un comité de surveillance en vue de veiller à l’évolution des prix des produits alimentaires en général sur le marché mondial, et de son incidence sur les prix de ces produits sur le marché local, dans la perspective annoncée d’une nouvelle crise alimentaire.