Après le succès de la première édition l’année dernière, les organisateurs de Red Bull Car Park Drift ont mis les bouchées doubles pour faire de cette compétition, un évènement phare dans le calendrier du sport mécanique. Ainsi, la Motorsports Federation of Mauritius donne rendez-vous aux adeptes du sport automobile le samedi 12 du mois en cours à Anjalay, Belle-Vue, à  19 heures pour la deuxième édition. Au menu, des slaloms, des drifts et d’autres spectacles à vous couper le souffle.
Le Red Bull Car Park Drift Mauritius est en route pour devenir l’un des shows automobiles le plus suivis et prisés par les Mauriciens. L’année dernière, plus de 13 000 personnes se sont amassées sur le parking et à l’extérieur pour admirer les huit participants faire leur show. Pour cette deuxième édition, 14 participants se sont déjà enregistrés. Toutefois, ce nombre peut évoluer jusqu’au 10 septembre courant, qu’est la date butoir pour faire les enregistrements. Les retardataires sont ainsi avisés.
Des améliorations sont également prévues au niveau de l’organisation. Cela étant dit, des emplacements spécifiques seront aménagés pour la foule, qui encore une fois, se déplacera en masse. Il y aura quatre fois plus de puissance au niveau de la lumière, Red Bull et les autres sponsors, s’assureront que l’évènement se passe du mieux possible, soit en toute sécurité grâce à la présence des officiers de police.  
Selon Robert Chung du Team RC et consultant mauricien de sport automobile, les fans ne seront pas déçus, car la compétition sera plus relevée cette fois-ci. « Les pilotes s’entraînent activement et en sus de ça, les voitures sont mieux préparées que l’édition précédente pour le drift. Le champion en titre Emmanuel d’Hotman qui sera à bord de sa Toyota FT86, aura fort à faire pour conserver son titre. Il aura en face de lui comme adversaire, Jaisan Newaj qui sera lui au volant d’une BMW 325i et Christopher Lai (BMW 335 ci) entre autres ». Le gagnant représentera Maurice aux Red Bull Car Park Drift Series au Kuwait, en décembre prochain.
Mais avant d’entrer en piste, les bolides devront obligatoirement passer par les procédures administratives et vérificatives. Car il y a des normes que les conducteurs devront impérativement respecter, comme le port du casque et de la ceinture. Les véhicules devront être équipés de pompe à incendie entre autres. Après les inspections, ils seront appelés pour le briefing et la reconnaissance des cinq différentes pistes.
Rudolph Césarine, président de la Motorsports Federation Mauritius, qui constate un réel engouement pour le sport automobile, estime qu’il est plus que jamais vital d’avoir un circuit taillé sur mesure pour le sport mécanique. « Cette piste permettra aux jeunes qui sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à cette discipline, de s’exercer en toute sécurité au lieu de le faire sur les voies publiques. De plus, on pourra s’en servir pour organiser nos compétitions. Pour rappel, nos activités se déroulent depuis toujours sur des parkings qui sont sans échappatoires en cas d’imprévu », fait-il ressortir. À bon entendeur…