Depuis hier soir, la compagnie aérienne nationale, Air Mauritius, est en état d’urgence avec dans un premier temps quatre vols internationaux, soit à destination de Hong Kong, Chennai, Perth et Londres, « grounded ». La raison est, semble-t-il, une « gastro collective » des pilotes On Duty hier soir. Mais du côté de la direction d’Air Mauritius, dont le Board se réunit d’urgence cet après-midi, cette affaire relève d’une question de relations industrielles. D’ailleurs, lors d’un point de presse, convoqué d’urgence ce matin, le Chief Executive Officer, Somas Appadoo, qui connaît un baptême du feu, affirme ne pas vouloir céder au chantage (voir texte plus loin). Du côté des pilotes, même si à un certain moment, il avait été question d’un communiqué, ils ont préféré se garder en retrait vu que « techniquement ils sont souffrants ». Mais des développements sont à prévoir vu que le Chairman du Board, Arjoon Sudhoo, était en consultations avec le Premier ministre, Pravind Jugnauth, ce matin, pour décider de la marche à suivre.
Toutefois, une communication de l’Airline Employees Association en date du 2 octobre révèle le fond du litige, qui mine les relations industrielles. Ce document dénonce le fait que le récent recrutement de pilotes d’Air Mauritius ne serait pas en ligne avec les modalités du Memorandum of Understanding signé avec les syndicats, avec notamment des paiements en roupies. « All in one this represents (lower income and increase productivity by less amount of leaver days) a 25 % salary cut », notent les employés. Dans un premier temps, l’Airline Employees Association propose aux pilotes de « refuse to operate a flight during your off days, refuse any last minute change in your duty/flight assignment ».
D»autre part, dans une lettre au CEO en date du 5, l’Airline Employees Association note que “your unilateral actions have already eroded the goodwill of pilots which is currently helping to maintain scheduled flights”
Entre-temps, les quatre vols d’hier soir ont dû être annulés vu que des pilotes souffraient de gastro. Ce fut un véritable cafouillage hier à l’aéroport Sir Seewoosagur Ramgoolam. La compagnie aérienne nationale a eu à gérer une crise sans précédent et procédé à l’annulation de quatre vols, en l’occurrence prévus sur Londres, Perth, Bangalore-Delhi et Hong Kong durant la soirée. En cause : un manque de pilotes. Alors que la direction évoquait dans un communiqué tardif « l’indisponibilité des pilotes », il ressort qu’en toile de fond de cette situation, jamais vue jusqu’ici, un profond malaise règne parmi le personnel navigant.
Quelques milliers passagers sont ainsi restés bloqués plusieurs heures à Plaisance dans la soirée d’hier, en attendant une décision tardive de la direction d’Air Mauritius, dont le manque de communication est pointé du doigt. Panique, colère, frustration… Du jamais vu dans les annales de la compagnie d’aviation nationale qui fête cette année ses 50 ans d’existence. Au comptoir d’Air Mauritius, aucune explication face à ce cafouillage provoquée par une « indisponibilité » des pilotes.
La grogne était à son comble parmi les passagers qui trouvent « inacceptable » qu’ils n’aient pas été prévenus à l’avance et se sont dérangés pour venir à l’aéroport, alors que leurs vols avaient été annulés. Surtout parmi les passagers qui avaient des déplacements pour le travail, ou pour raison médicale, mais aussi ceux qui devaient prendre d’autres connexions aux aéroports de Perth, ou de Londres. Ce n’est qu’à 21 h 15 que la direction d’Air Mauritius a émis un communiqué informant que « suite à des problèmes d’ordre opérationnel liés à l’indisponibilité de certains pilotes », la compagnie se retrouvait dans l’obligation de reporter les vols MK640 à destination de Hong Kong, MK746 à destination de Bangalore/Chennai, MK440 à destination de Perth et MK042 à destination de Londres. Après un réaménagement des horaires, deux vols, en l’occurrence sur Londres (MK 042) et sur Perth (MK440), ont finalement été reprogrammés pour ce vendredi, respectivement à 9 h 45 et 11 h 00. Les équipes opérationnelles de la compagnie d’aviation nationale travaillaient encore jusqu’à ce matin sur le remaniement des horaires s’agissant des vols pour Hong Kong et Bangalore-Chennai. Si les passagers affectés par ces annulations ont été pris en charge par MK jusqu’à leur départ, les voyageurs déplorent le terrible cafouillage quant à cette gestion de crise. Ce sont des minibus et autres taxis qui ont ramené les passagers dans les différents hôtels où ils ont été tardivement déployés. Durant toute la soirée d’hier, hormis le communiqué d’Air Mauritius à 21 h 15, les dirigeants de la compagnie d’aviation nationale sont restés injoignables.
Alors que dans un premier temps on évoquait une épidémie de gastro qui aurait touché les pilotes, d’où l’absence de ces derniers hier soir, au fil des heures, de sources concordantes, on a appris que c’est une colère généralisée et un ras-le-bol principalement qui ont conduit à ce qui s’apparente à une grève. Parmi les raisons avancées pour expliquer cette frustration : le nouveau contrat pour les pilotes nouvellement recrutés qui serait, selon les pilotes, moins avantageux. D’autant que depuis trois mois, les pilotes d’Air Mauritius se sont vus également retirer plusieurs privilèges.
Selon nos informations, certains membres du syndicat des pilotes se sont réunis hier soir pour discuter de la situation et établir la marche à suivre. Il nous revient qu’une décision sera prise en concertation avec les avis légaux du syndicat.