Les badistes masculins ont emboîté le pas aux dames en renversant une situation compromise en finale du tournoi par équipes face aux Seychelles, hier après-midi au gymnase La Promenade. Ménes 0-2, Stephan Beeharry, l’un des deux “vétérans” de service, a montré la voie lors du dernier simple hommes avant de conclure en beauté en doubles avec son “vieux” compagnon d’armes Vishal Sawaram (3-2), assurant ainsi à Maurice sa deuxième médaille d’or de la journée.
On a vécu des moments intenses et ceci, dans une ambiance électrique pendant 2h55. Le soutien des supporters mauriciens a poussé à fond leurs représentants. D’autant que les choses ont mal tourné avec un premier revers pour débuter en simples. Kiran Baboolall s’inclinait devant le n°1 seychellois, Georgie Cupidon, en deux sets.
Il ne s’attendait pas à cette défaite. « J’avais fait un bon match contre la Réunion la veille. J’ai opté pour la même manière de jeu face à Cupidon mais, malheureusement, cela n’a pas marché », nous a confié Kiran Baboulall. Ce dernier fut encore plus déçu en voyant Nivesh Ramtohul chuter devant Steve Malcouzane (2-0).
Entre alors en scène l’expérimenté Stephan Beeharry. Le sort de l’équipe mauricienne reposait sur ses solides épaules. Il fut à la hauteur des espérances malgré ses 36 ans en relançant la sélection après s’être défait de Kervin Ghislain 2-0. « Nous savions que Stephan allait l’emporter », firent ressortir Kiran Baboolall et Yoni Louison avant de disputer le premier double. Plus confiants, ces derniers égalisèrent à 2-2 en dominant le tandem Georgie Cupidon-Kervin Ghislain (2-0).
Survint alors la manche décisive où la paire Beeharry-Sawaram était confrontée à celle composée de Steve Malcouzane-Nicolas Jumaye. Maurice prit l’avantage en s’appropriant d’entrée le premier set 21-18. Mais elle lâcha prise toutefois dans le set suivant qu’elle perdait 13-21. Se sentant alors tout près de l’exploit, Beeharry et Sawaram se ressaisirent magnifiquement pour conclure en beauté 21-16.
Hommage à feu Ishwarduth Sawaram
Et ce fut l’explosion de joie dans le gymnase La Promenade. Stephan Beeharry exulte. C’est un homme comblé. « Je suis extrêmement content. Ce sont mes derniers Jeux. J’avais envie de conclure sur une note positive. C’est une immense joie. J’obtiens à nouveau l’or après notre victoire en 2003 en double hommes et dans la compétition par équipes », avoue-t-il avec le sentiment du devoir accompli.
Il était conscient que la pression était sur ses épaules après la défaite de ses deux coéquipiers. « C’est normal vu que je devais gagner pour garder les chances mauriciennes intactes. J’ai essayé de garder mon calme. Nous nous sommes tous surpassés. C’est une récompense pour tous les efforts et sacrifices consentis. Je tiens aussi à dédier cette médaille d’or à feu Ishwarduth Sawaram qui nous a quittés quelques mois de cela », ajoute Stephan Beeharry.
Le responsable de la sélection nationale, Thevarajen Ponambalum, est une nouvelle fois comblé. « Les Seychellois nous attendaient de pied ferme. Comme les dames, les hommes furent à la hauteur de l’événement. D’autant que ce n’était pas facile de remonter le score. Je félicite les joueurs et le gros travail effectué par tout un chacun. »