Il fallait être très fort, plus fort que l’Autrichien Luka Wraber, pourtant classé n°1 du tableau, pour vaincre Kevin Cordon (2), samedi en finale du simple hommes des Internationaux de Maurice Yonex disputé au centre national de badminton à Rose-Hill. Devant une bonne assistance, le Guatémaltèque déjà classé dans le top 20 mondial il y a deux ans a fortement impressionné, enlevant le simple hommes 21-12, 21-18. La finale du simple dames s’est résumée à un duel opposant les Finlandaises Airi Mikkela à Nanna Vainio (6), celle-ci l’emportant 21-16, 21-11. Par contre, le double mixte mauricien composé de Sahir Edoo et Yeldy Louison est tombé en finale 18-21, 16-21 devant des favoris sud-africains.
La finale du simple hommes était celle que tout le monde attendait. Luka Wraber (1) allait-il pouvoir conserver son titre, lui qui, jusqu’ici, avait toujours pu trouver les solutions aux tours précédents pour se défaire de l’Iranien Eskandari en huitièmes (21-12, 21-18), du Malaisien Jian Ai Wei en quarts (22-20, 21-8) et enfin de l’Indien Aditya Joshi en demis (17-21, 23-21, 23-21) ?
Déjà battu en demi-finales par son adversaire au Brésil plutôt cette année, l’Autrichien, 58e mondial, aborda cette finale en challenger. Mais Kevin Cordon ne lui a pas fait de cadeau. Fine raquette et faisant parfois preuve dans un éclair de son grain de génie, le Guatémaltèque, 60e mondial, donna un bref aperçu de toute sa classe, que ce soit au filet ou dans ses smashes implacables qui laissèrent son adversaire sans réaction. Cordon mit effectivement beaucoup d’effet dans ses volants, menant dans le premier set 17-7, puis 20-9 avant de le conclure 21-12.
Le set suivant allait être un tantinet plus compliqué à survoler, car mené 3-0, l’Autrichien combla l’écart à 4-4, renversant même le score en sa faveur à 6-4. Mais incapable de garder ce mince avantage, il céda après une nouvelle égalisation à 7-7. Kevin Cordon s’échappa pour atteindre la pause à 11-9 avant de porter le score à 15-13. Toutefois, jusqu’à la balle de match, il fut poussé dans ses derniers retranchements par un Wraber qui se surpassa pour égaliser à 16-16. L’Autrichien fit durer le suspense en arrachant les deux points suivants pour s’accrocher à 17-19, puis 18-19.
Mais Kevin Cordon répliqua de manière cinglante et en finesse pour mettre un terme au match à 21-18. « Il est un bon adversaire, mais mon jeu varié l’a vraiment rendu confus. Quand il a tenté d’attaquer, j’étais prêt à défendre. Bien sûr, mon but était le titre. Je l’ai vu battre l’Indien en demi-finales et je savais que cela serait compliqué. Mais j’étais confiant dans mes attaques et mes smashes étaient hors d’atteintes. C’est l’élément qui a fait la différence », confiait simplement Cordon, 28 ans.
Opéré du genou alors qu’il figurait dans le top 20 il a deux ans, il avait arrêté pendant une année avant revenir sur le circuit cette année. Après le Paraguay et le Brésil, c’est le 3e titre qu’il remporte à Maurice, mais son il s’agissait de son deuxième tournoi comptant pour la qualification olympique. « Après 2008 et 2012, je veux me qualifier pour Rio », pouvait-il clamer.
Quant à Luka Wraber, il n’aura pas de regret, bien que déçu. « Cordon a un style qui n’est pas facile à jouer. Tactiquement, il ne laisse que peu de solutions à ses adversaires. Au Brésil, il m’a battu en deux sets comme ici, mais cette fois, j’ai trouvé parfois les solutions dans le 2e set en ouvrant le court. Jouer vite contre lui ne sert à rien. Mais j’ai été un peu malchanceux sur la fin en perdant les deux derniers points ».
C’était son 4e tournoi de qualification olympique après sa victoire en Afrique du Sud et au Botswana. Il disputera la Coupe d’Europe à Bako prochainement, « pour le prestige, afin d’attirer l’attention de mon pays pour bénéficier d’une aide financière ».
Premier titre pour Nanna Vainio
La finale du simple dames laissera par contre des regrets à la Mauricienne Kate Foo Kune, battue 21-16, 21-16 en demi-finale par la Finlandaise Airi Mikkela, classé 141e mondiale. « Je sais que je pouvais la battre. C’est frustrant. Le volant plus lent qu’on nous a donné pour jouer ne m’a pas aidée contrairement à mon adversaire qui a l’épaule plus puissante. Pourquoi avoir changé de volant à ce stade du match ? » s’est interrogée la Mauricienne.
Toujours est-il que Mikkela, 22 ans et n°2 de son pays, a plié devant sa compatriote Nanna Vainio, 24 ans, n°1 de Finlande et classée n°6 du tournoi avec son 105e rang mondial. Elle s’imposa 21-16, 21-11, s’offrant du coup son tout premier titre de sa carrière. « J’avais été demi-finaliste en Islande et en Slovénie deux ans de cela. C’est mon premier titre. Je suis tellement contente de prendre des points pour Rio 2016 », s’est elle réjouie. Elle compte s’aligner prochainement à St Petersbourg en Russie.
Que dire de la finale du double dames, sinon qu’elle fut remportée haut la main par des Iraniennes survoltées face à une paire composée de la Nigériane Grace Gabriel et de la Zambienne Olga Siamupangila. Negin Amiripour, 29 ans, et Aghaei Hajiagha, 19 ans, ne l’ont certes pas volé, mais ont dû sauver deux balles de match à 20-21 et 21-22 avant de plier le premier set au couteau 28-26 et le second 21-14.
Elles avaient de quoi se réjouir : « Nous voulions prouver que nous pouvions gagner. Nous sommes restées confiantes jusqu’au bout des deux sets, même en sachant que ça serait chaud. Elles nous avaient battues au Kenya cette année. Cette victoire a le goût d’une douce revanche. » Depuis cinq ans environ, elles s’entraînent en Iran avec leur coach qu’elles remercient.