Au vu du vote en faveur de l’Employee Buy-Out d’Iframac dans le sillage de l’écroulement de l’empire Dawood Rawat avec l’opération « Daylight Robbery », les procédures ont été enclenchées pour l’incorporation de la New Iframac Motors Ltd. Ainsi, dès ce matin, une délégation de représentants des employés d’Iframac, menée par Caroline Driver, a initié les démarches auprès du Registrar of Companies à cet effet. La 19e semaine après l’éclatement du BAI Ponzi Scheme, avec un montant de Rs 23 milliards partant en fumée, verra également l’installation formelle de la National Insurance Company Limited dans les locaux du défunt groupe BAI, notamment à Curepipe avec le nouveau logo et les Corporate Colours affichés de manière ostensible.
La première étape de la reprise sous forme d’autogestion d’Iframac devra être complétée aujourd’hui. Après le vote de 247 employés en faveur de cet Employee Buy-Out, quatre directeurs temporaires, dont Caroline Driver, Rouben Moonien et Rebecca Bablee, ont été désignés pour les premiers pas de la New Iframac Motors Ltd. Entre-temps, les statuts de la compagnie devront être élaborés en vue de leur adoption par une première assemblée des actionnaires à être convoquée dans les meilleurs délais possibles.
Auparavant, les employés-actionnaires de la New Iframac Motors Ltd comptent rencontrer le ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, pour une séance d’explications, d’éclaircissements et de garanties sur ce que le ministre a présenté comme un « business model » novateur. En principe, ces échanges devront se dérouler vendredi, soit à la veille des 45 ans depuis la mise sur pied d’Iframac Ltd. Tout semble indiquer que le démarrage symbolique de la New Iframac Motors Ltd pourrait constituer un point de relais avec cet événement.
Toutefois, le point noir à ce tableau concerne la compensation à être accordée aux 25 employés, ayant opté pour leur départ. Les premières indications sont que cette compensation sera le strict minimum prévu dans la loi du travail, soit 15 jours par année de service. « La compensation offerte aux 25 employés en partance est plus que déraisonnable. Les problèmes d’Iframac ne relèvent nullement de la responsabilité de ces employés. Les autorités devront faire un effort spécial en faveur de ces employés dans ces circonstances », a déclaré au Mauricien Ashok Subron.
D’autre part, le négociateur de la GWF se félicite du dénouement de l’affaire Iframac, les employés étant parvenus à sauver leurs emplois. « La détermination des salariés d’Iframac dans ce combat est exemplaire et ils ont pu préserver leurs intérêts. Ils ont même fait mieux en mettant KO des intérêts économiques pécuniaires, pour ne pas dire des prédateurs, qui avaient cru pouvoir profiter des malheurs des employés d’Iframac. Le résultat obtenu confirme que les employés avaient raison de se battre contre vents et marées », ajoute-t-il.
Avec le transfert annoncé des Assets and Liabilities de la défunte compagnie d’assurances BAI Co (Mtius) Ltd à la National Insurance Company Ltd, cette dernière compagnie s’affiche dans le paysage des assurances. Depuis hier, les locaux de l’ancienne BAI à Curepipe ont été repeints aux couleurs de la NIC avec un nouveau logo et graduellement, les succursales à travers l’île seront dotées du même lifting.