Les travaux en cours à Baie-du-Tombeau

– Les pêcheurs : « On nous dit de courir, mais on a attaché nos pieds »

Des pêcheurs de la région de Baie-du-Tombeau ont eu la désagréable surprise d’apprendre que leurs permis pour collecter les appâts ne seront pas renouvelés. La coïncidence veut que ce soient ces mêmes pêcheurs qui contestaient des travaux près du bungalow des Jugnauth, dans la localité. Mais au ministère de la Pêche, on indique que cette décision a été prise en raison de nouveaux règlements dans la région du port. Ils auront bientôt un autre permis pour pêcher ailleurs.

La contestation a-t-elle coûté cher aux pêcheurs de Baie-du-Tombeau ? C’est la question que se posent les principaux intéressés, après que leurs permis pour collecter les appâts n’ont pas été renouvelés. Ainsi, ceux dont les permis sont arrivés à terme ont appris du ministère de la Pêche que, dorénavant, ils n’auront plus le droit d’opérer dans la région où se tiennent les travaux à Baie-du-Tombeau. « Cela fait des années que nous collectons les appâts ici et du jour au lendemain, nous nous retrouvons sans permis. Comment allons-nous faire pour travailler ? »

On se souvient qu’en septembre de l’année dernière, les pêcheurs de Baie-du-Tombeau avaient bloqué les travaux de comblement parce qu’on leur avait demandé d’enlever leurs pirogues des lieux. Ils s’interrogeaient sur les raisons réelles de ces travaux qui se tenaient à proximité du bungalow des Jugnauth. Ce n’est qu’après deux mois que les travaux ont pu reprendre et la police a dû intervenir.

Depuis, déplorent les pêcheurs, ils ne peuvent pratiquer leurs activités, car ils ne peuvent collecter les appâts à l’endroit où se tiennent les travaux. Cela, en dépit du fait qu’ils avaient un permis en bonne et due forme du ministère de la Pêche. « Récemment, il y avait un mariage dans ce bungalow. Il y avait des policiers partout et on nous a même empêchés de venir prendre notre pirogue à côté. »

Les pêcheurs avancent que cette situation leur cause des inconvénients. « Comment pêcher si on nous empêche de collecter les appâts ? C’est comme si on a attaché nos pieds et on nous demande de courir », déplore-t-il.

Du côté du ministère de la Pêche, on a une tout autre explication à cette situation. Selon le service de communication, il y a de « nouveaux règlements » interdisant toute activité de pêche dans la région du port. « Auparavant, on leur permettait de collecter des appâts ici, mais avec les nouveaux règlements du port, ce n’est plus le cas. » Le ministère précise toutefois qu’il travaille sur le dossier, afin qu’un endroit alternatif soit proposé aux pêcheurs. « Il n’a pas été question de supprimer ces permis. Ils n’ont tout simplement pas été renouvelés pour le moment. Ils auront le choix pour un autre endroit. D’ici la semaine prochaine, le problème sera réglé. »

De son côté, Judex Rampaul, président du Syndicat des Pêcheurs, relève une ambiguïté dans la position adoptée par le ministère. « En 2015, la Mauritius Port Authority a accepté de payer une compensation de Rs 150 000 aux pêcheurs, en raison des travaux. Il y avait même l’ancien chef juge Bernard Sik Yuen qui présidait l’arbitrage. Comment aujourd’hui on vient dire qu’ils n’ont pas le droit d’opérer dans cette région ?», se demande-t-il.