AfrAsia Bank Limited se prépare-t-elle pour une éventuelle introduction en Bourse l’année prochaine ? C’est la question que l’on se pose avec l’annonce officielle faite hier par la banque de son intention de venir de l’avant, dans le courant du second semestre 2016, avec une “Initial Public Offering” (IPO), soit une ouverture de son capital au grand public. Entre-temps, AfrAsia vient de procéder à une augmentation de son capital à travers une émission d’actions en numéraire (“Rights Issue”) ayant rapporté Rs 920 millions.
Les sociétés recherchant une cotation sur le marché officiel de la Bourse doivent normalement satisfaire certains critères, dont : a) l’ouverture de 25% du capital au grand public; b) un minimum de 200 actionnaires; c) une capitalisation d’au moins Rs 20 millions; et d) un “track-record” en matière de publication officielle de ses comptes. AfrAsia Bank compte déjà huit années d’opérations à Maurice avec une présence de plus en plus marquante dans la région, notamment en Afrique du Sud. GML, premier conglomérat mauricien et actionnaire de référence d’AfrAsia, détient aujourd’hui 24,10% du capital de la banque alors que la Banque nationale du Canada a vu sa part passer de 9,5% à 17,5% pour devenir le deuxième actionnaire en importance devant Intrasia Capital Pte Ltd (10,44%) de Singapour et  PROPARCO (9,03%) de France. Le Tiers Capital (capital souscrit plus réserves) d’AfrAsia s’élève désormais à Rs 4,2 milliards.
La décision de la Banque nationale du Canada d’accroître sa participation dans la banque mauricienne est perçue comme une confirmation de l’engagement de la banque canadienne à développer davantage son partenariat avec AfrAsia pour créer plus de valeurs au bénéfice des actionnaires. « This new investment evidences the trust of NBC in AfrAsia Bank’s ambitions and international expansion plans as we continue to build bridges between Africa and the world », déclare Maurice Lam, président du conseil d’administration d’AfrAsia Bank, dans un communiqué émis hier après-midi. « Nous sommes fiers du partenariat que nous avons forgé en 2014 avec AfrAsia et, en augmentant notre participation, nous voulons soutenir davantage la croissance de la banque », souligne Louis Vachon, président-directeur-général de la Banque nationale du Canada.
Selon Maurice Lam, AfrAsia s’est focalisée ces huit dernières années sur sa croissance régionale et internationale tout en démontrant sa visibilité à travers des bureaux de Johannesburg, de Cape Town et de Londres. Il estime que le partenariat stratégique avec la banque canadienne ne peut que contribuer à la création de valeurs dans le long terme tout en démontrant la solidité financière d’AfrAsia. James Benoît, Chief Executive Officer de la banque, considère que l’augmentation du capital aidera au déploiement de la politique d’expansion régionale et internationale de l’institution financière tout en lui permettant d’exploiter les opportunités d’affaires et d’accroître ses bénéfices. La direction de la Banque nationale du Canada pense qu’il y a plusieurs opportunités à explorer en Afrique et dans d’autres économies émergentes. « We are also very familiar with the reality of organizations that have a diversified business model and a strong regional concentration. Our expertise and business networks will allow us to contribute to AfrAsia’s commercial and strategic development », fait ressortir Karen Leggett, Executive Vice-President, Corporate Development de la Banque nationale du Canada.
Par ailleurs, AfrAsia Bank indique que l’exercice financier se terminant au 30 juin 2015 a été marqué par une forte progression des actifs totaux de la banque, ceux-ci passant de Rs 47 milliards à Rs 73 milliards. Une hausse de 60% (de Rs 41 milliards à Rs 66 milliards) a été enregistrée au niveau des dépôts alors que les revenus opérationnels ont été de l’ordre de Rs 1,5 milliard, par rapport à Rs 1,2 milliard en 2013-14.