L’équipe de Maurice n’a pas laissé passer sa chance hier au Rwanda en demi-finales de la Continental Cup dames de beach volley face à l’Afrique du Sud en l’emportant 3 victoires à 1 pour se retrouver en finale aujourd’hui face au Kenya, qui a éliminé le Mozambique sur le même score.
Comme lors du quart de finale contre le Congo-Brazzaville, la deuxième équipe de Maurice a assuré la victoire et la qualification en l’emportant aisément sur l’équipe B sud-africaine, composée d’Amelia Luyt et Natacha Strydom, sur le score de 2-0 (21-11, 21-15), et ce, en moins de 25 minutes.
« C’est un bonheur immense pour moi de me retrouver en finale pour ma première participation, a déclaré Heidy Bauda. J’avais le trac pour mon premier match et par la suite, avec l’expérience de Prisca, cela m’a beaucoup aidée. Maintenant, en finale, on va tout donner pour obtenir la médaille d’or. »
Lors du premier match entre les deux pays, l’équipe A d’Afrique du Sud (Palesa Sekhnyana et Randy Williams) face à Prisca Seerungen et Heidy Bauda devait remporter sans trop se forcer le set initial 21-7 en 12 minutes. Mais les Mauriciennes devaient réagir et prendre trois points d’avance en début de set et faire douter leur adversaire. Sur leur première balle de set, les Mauriciennes l’emportèrent 21-17 en 21 minutes, mais durent ensuite s’incliner 15-7. Toutefois, Natacha Rigobert et Élodie Li Yuk Lo ont rétabli l’équilibre en disposant facilement de l’équipe B adverse 2-0 (21-4, 21-7) en moins de 20 minutes.
Après un repos de 30 minutes, les premières équipes des deux pays devaient s’affronter pour un duel crucial. Pour rappel, Rigobert et Li Yuk Lo avaient pris la mesure de Sekhnyana et Williams lors de la finale des Jeux d’Afrique l’an dernier pour s’approprier la médaille d’or.
Ces dernières devaient surprendre leur adversaire en pratiquant un jeu très offensif tout en servant sur Rigobert. La capitaine de Maurice accusa le coup physiquement, ce dont en profita le duo sud-africain pour remporter le set initial 21-16 en 16 minutes.
Lors du deuxième set, le mano-a-mano continua jusqu’au 16e point avant que les Golden Girls ne retrouvent leurs marques tant en attaque qu’en mouvement de défense, pour enfin prendre les devants pour la première fois dans ce match à 11-9. Elles ont géré cette avance jusqu’au bout pour l’emporter 21-17 en 16 minutes.
Le tie-break était inévitable et les deux équipes étaient sous pression. Mais avec leur expérience, Rigobert et Li Yuk Lo ont fait la différence 15-12 en 13 minutes. Avec deux victoires en poche, il ne fallait plus qu’attendre Seerungen et Bauda pour parachever la victoire et la qualification. Ce qui fut chose faite.
« Je suis extrêmement heureuse que l’on soit en finale. Il y avait une certaine pression, surtout que je ne me sentais pas bien physiquement, mais heureusement que les filles ont joué le coup en évitant le golden set. Il y a un an, on disait que le rêve était permis pour les JO de Londres et maintenant on peut dire que le rêve est à portée de main, a estimé Natacha Rigobert. La priorité est à la récupération. Le matin on va se réveiller avec la motivation d’aller décrocher ce billet pour Londres. »
Cette demi-finale a été suivie avec attention par le président de l’Association mauricienne de volley-ball, Kaysee Teeroovengadum, qui est arrivé jeudi soir au Rwanda. « Cela fait plaisir de se retrouver en finale et je dédie cette qualification à notre deuxième équipe qui a su se montrer à la hauteur. J’avais dit que j’allais pendre mes responsabilités en choisissant Prisca et Heidy, et elles ont justifié la confiance placée en elles. Maintenant, il y a une finale à disputer et aussi le billet pour les JO. Il faudra jouer le coup à fond. Je demeure confiant », a déclaré Kaysee Teeroovengadum.
À noter que la finale va se disputer à partir de 11h (heure de Maurice).