• Des échantillons prélevés pour déterminer les causes de la mort du cétacé

Le cachalot d’environ cinq tonnes découvert par un employé d’hôtel à Bel-Ombre hier, est toujours accroché aux récifs du côté du lagon. Une équipe de la National Coast Guard (NCG), qui a constaté la mort du cétacé, est sur place depuis hier matin. Par ailleurs, des échantillons ont été prélevés par le centre de recherche d’Albion pour analyses.
Depuis hier matin, des éléments de la National Coast Guard de Souillac sont à Bel-Ombre pour tenter de transporter le cachalot échoué sur des récifs. Selon les indications de la police, cette opération s’avère difficile car la mer est très agitée dans cette région. Le poids du mammifère et le fait qu’il se soit échoué sur des récifs en particulier rendent la tâche encore plus délicate.

D’autre part, une équipe du centre de recherche d’Albion s’est aussi rendue sur place hier, pour prélever des échantillons en vue de déterminer les causes du décès du cétacé. Selon le protocole en place, les officiers du centre de recherche d’Albion procèdent aux prélèvements mais n’effectuent pas eux-mêmes les analyses. Ils le transmettent aux autorités concernées qui confieront cette tâche à un laboratoire spécialisé.
Contrairement à la dernière fois où deux baleines à bec échouées à Souillac avaient été ramenées à terre, il est cette fois prévu de diriger le mammifère vers le large, en raison de sa taille.