Cela fait exactement six semaines depuis que Merven Clair (-75 kg) et James Kennedy St Pierre (-91 kg), accompagné du directeur technique national, le Cubain Roberto Ibanez Chavez, ont mis le cap sur Cuba. L’objectif étant de bien préparer leur participation aux Jeux olympiques de Rio au Brésil, prévus du 5 au 21 août prochain. Selon l’entraîneur national, Judex Bazile, qui est lui resté à Maurice, les deux boxeurs se portent bien et sont même sur la montante. Ils sont actuellement en stage à Cuba avec la sélection nationale de ce pays et effectueront un stage final à Santa Clara avant de mettre le cap sur Rio le 2 août.
Selon Judex Bazile, les deux boxeurs ont beaucoup progressé depuis qu’ils sont à Cuba. D’après les dernières informations obtenues, il a indiqué que le boxeur rodriguais, Merven Clair, est celui qui a accompli le plus de progrès. « À ce que j’ai pu comprendre, Merven (Clair) a beaucoup progressé ces derniers temps. Ce qui est très bien pour lui. Il travaille beaucoup et a appris à mieux gérer ses combats. Il a pris ses repères sur le ring et, psychologiquement, il est beaucoup mieux armé. Ce qui est définitivement de très bon augure pour ce jeune boxeur », a fait remarquer l’entraîneur national. Il a ajouté que James Kennedy St Pierre poursuit également sa progression ayant, pour sa part, beaucoup plus d’expérience de haut niveau. En effet, ce dernier a eu l’occasion de participer aux combats professionnels du World Boxing Series l’année dernière.
Lors de ce déplacement à Cuba, les deux boxeurs ont eu l’occasion de disputer deux compétitions, dont la première qui avait été très relevée avec la participation de plusieurs pays de calibre à l’image de la France. Merven Clair avait passé un tour, alors que lors du deuxième tournoi, il avait décroché une médaille de bronze. James Kennedy St Pierre avait lui atteint la finale lors de ce deuxième tournoi, mais s’était contenté de la médaille d’argent.
Pour Judex Bazile, il était très important que les deux boxeurs puissent partir se préparer à l’étranger, plus particulièrement à Cuba, réputé pour être un pays de boxe. « Avoir les boxeurs aux côtés de Roberto (Ibanez Chavez) pendant deux mois est un élément très important de la préparation. Cela lui permet aussi de mettre en place un programme de travail en conséquence. C’est aussi le moment où on peut pousser sur la préparation physique », a-t-il indiqué.
Rien n’est impossible
Merven Clair et James Kennedy St Pierre s’entraînent d’ailleurs à un rythme très élevé à la raison de deux fois par jour, voire même trois par moments. « Nos boxeurs ont l’occasion de mettre les gants face à des boxeurs de différents styles. Ce qui est un atout en vue des Jeux olympiques. Ils sont soumis à un gros volume de travail et je dois dire qu’ils souffrent énormément. Après les entraînements, c’est beaucoup de douleur. Il n’empêche qu’ils reçoivent énormément de soins médicaux, dont des séances de massage régulières. Ce qui est très important pour soulager l’organisme », a indiqué l’entraîneur national. Les deux boxeurs ont d’ailleurs passé une semaine à Santa Clara dans une académie de boxe provinciale, où il a été particulièrement question de récupération. Ils sont revenus à La Havane jeudi et y demeureront jusqu’au 25 de ce mois avant de terminer la préparation à Santa Clara.
Pour Judex Bazile, ce stage de longue durée à Cuba, couplé de deux compétitions, a fait le plus grand bien aux deux boxeurs. Il faudra maintenant qu’ils se maintiennent en bonne santé et évitent les blessures, d’autant que les entraînements se font sans casque. « Il y a un ensemble de facteurs à prendre en considération avant de mettre les pieds à Rio. À notre niveau, nous ne voulons surtout pas mettre de la pression sur nos boxeurs. Nous sommes convaincus qu’ils réaliseront un bon tournoi à Rio, mais, comme on le dit toujours en boxe, tout dépendra de beaucoup de choses dont le tirage au sort », a-t-il fait ressortir.
L’entraîneur national a, pour conclure, déclaré que ce ne sera pas facile de décrocher une médaille à Rio. Mais, précise-t-il, rien n’est impossible surtout après le très gros travail en cours à Cuba. Selon lui, il faudra procéder par étapes et rester très concentré. « Ces Jeux de Rio seront très difficiles, voire plus durs que les précédents. L’objectif est de bien faire et il nous reste encore un mois pour progresser davantage. Merven et Kennedy sont actuellement dans une très bonne dynamique et devront continuer à travailler avec cette même détermination », a-t-il souligné.