Le pédophile présumé Michel de Ravel de l’Argentière, 52 ans, accusé d’attouchements sexuels sur mineures, comparaît devant le tribunal de Bambous à la mi-journée pour sa remise en liberté provisoire. Les indications officielles sont que la police ne compte pas objecter à la remise en liberté provisoire du suspect. Lors de son interrogatoire, vendredi, il a admis les faits rapportés contre lui par les victimes, devenues aujourd’hui des adultes.
Entre-temps, les enquêteurs de la police comptent compléter la série de reconstitution des faits. Vendredi après-midi, deux des cinq victimes, qui devaient reprendre l’avion durant le week-end, ont participé à cet exercice dans la piscine du suspect. Les trois autres victimes reviennent sur les lieux du crime aujourd’hui.
La police attend la déposition de deux autres victimes présumées contre Michel de Ravel de l’Argentière avant de soumettre le dossier au Directeur des Poursuites Publiques (DPP).