(FILES) In this file photo taken on February 27, 2019 smokes billows from the remains of an Indian Air Force helicopter after it crashed in Budgam district, on the outskirts of Srinagar. - Indian Air Force on October 4 confirmed that it had shot down one of its own helicopters, killing all six people on board, on February 27 near Srinagar, a day after India had claimed it bombed Jaish-e-Mohammed terror camps in Pakistan's Balakot area. (Photo by Tauseef MUSTAFA / AFP)

L’armée indienne a reconnu vendredi avoir abattu par erreur l’un de ses propres hélicoptères en février au Cachemire, en marge du duel aérien entre chasseurs indiens et pakistanais au-dessus de cette région himalayenne disputée, tuant ses six occupants.

« Un comité d’enquête a achevé son travail et c’est par notre faute que notre missile a frappé notre hélicoptère », a déclaré le chef de l’armée de l’air indienne Rakesh Kumar Bhadauria lors d’une conférence de presse.

L’accident est survenu le 27 février, au moment même où des avions de chasse indiens et pakistanais s’affrontaient dans le ciel du Cachemire durant l’une des plus graves crises de ces dernières années entre les deux puissances nucléaires d’Asie du Sud.

L’Inde n’avait pas donné à l’époque d’explication officielle sur le crash de son hélicoptère militaire, qui n’était pas revendiqué par le Pakistan, survenu près de la grande ville de Srinagar.

Ces derniers mois, la presse indienne avait plusieurs fois cité des sources anonymes rapportant que l’hélicoptère avait été abattu dans la confusion par un tir de missile de l’armée indienne elle-même.

Qualifiant ce tir ami d' »énorme erreur », le chef de l’armée de l’air a indiqué que des mesures allaient être prises « pour s’assurer que ces fautes ne se répètent pas à l’avenir ».

Ces engagements aériens survenaient au lendemain d’un bombardement indien au Pakistan, lui-même effectué en représailles à un attentat suicide le 14 février contre des paramilitaires au Cachemire indien perpétré par un groupe extrémiste basé au Pakistan.

Même des mois après, les événements exacts de cette journée du 27 février restent peu clairs.

Au moins un avion indien a été abattu dans ces combats et son pilote capturé par le Pakistan, qui l’a rendu à l’Inde quelques jours après. Ce geste a permis de calmer la crise à l’époque.

L’armée pakistanaise affirme avoir abattu deux avions dans les affrontements ce jour-là, mais l’Inde n’a toujours fait état que d’un seul avion perdu. Dans l’autre sens, New Delhi dit avoir détruit un avion ennemi, ce que le Pakistan dément.

Les deux frères ennemis du sous-continent se disputent la région du Cachemire, divisée de fait entre eux, depuis la partition de l’empire colonial britannique des Indes en 1947. Ils se sont affrontés dans deux guerres et d’innombrables accrochages à son sujet.

ash/stu/amd/cac