Le contrat de Rs 1,1 milliard alloué à la Singapore Cooperation Enterprise et à Crimsonlogic Pte Ltd, sans passer par les appels d’offres, pour la nouvelle carte d’identité nationale, indigne le MSM. Lors d’une conférence de presse principalement axé sur ce dossier, hier, le leader du parti Pravind Jugnauth a fustigé le PM Navin Ramgoolam à ce propos. Se référant au coût de ce projet et pointant du doigt l’opacité dans laquelle ce contrat a été alloué, il s’agirait, selon le leader du MSM, d’un énième scandale sous le gouvernement PTr-PMSD.
Outre le contexte économique difficile dans lequel le projet d’une carte d’identité nationale à puce est enclenché, Pravind Jugnauth, qui estime que ce n’est pas la priorité du moment, s’interroge sur les motivations gouvernementales d’avoir recours à la Singapore Cooperation Enterprise et à Crimsonlogic Pte Ltd. Pointant du doigt « le rôle du bureau du Premier ministre dans ce scandale » et « l’opacité absolue dans laquelle ce contrat a été alloué »,  Pravind Jugnauth s’indigne des Rs 1.1 milliard qui devront être déboursées des fonds publics en raison de ce contrat. « C’est la preuve que Navin Ramgoolam abuse du pouvoir pour faire ce dont il a envie avec l’argent public et, parallèlement, refuse de rendre public comment cet argent sera utilisé », dit-il.
Il se demande, par ailleurs, ce qui a poussé le gouvernement à octroyer ce contrat sans appel d’offres à l’entreprise singapourienne, cela alors qu’en 2009, l’autre entreprise étrangère SAGEM avait fait une offre à moins cher, à hauteur de Rs 400 millions. « Ki kalité lesprit bizness zot ena? Sorti Rs 400 millions, Navin Ramgoolam li, li préfère seki Rs 1.1 milliards, et cela, sans appel d’offres », déplore-t-il, se demandant ce que le gouvernement a à cacher pour qu’il refuse de rendre ce contrat public. Et Pravind Jugnauthne de souligner que « opacité, se kiltir PTr sa! »
Qualifiant l’intervention du ministre Pillay, mardi, en réponse à la PNQ du leader de l’Opposition, de « ‘ridicule », le leader du MSM dit ne pas comprendre le recours aux Singapouriens pour la mise en marche de ce projet de carte d’identité à puce. « Pa ti kapav fer de sorte ki nou gagn enn partnership avec Singapour plutôt? » demande-t-il, estimant qu’un  partenariat aurait permis aux Mauriciens de bénéficier de l’expertise et de la technologie singapouriennes, mais aurait surtout créé de l’emploi sur le plan local. Pravind Jugnauth revient sur la technologie contactless smart card derrière ces cartes d’identité proposées par la Singapore Cooperation Enterprise et à Crimsonlogic Pte Ltd. Il fait ressortir que les cartes d’identité à puce utilisées à Singapour sont dotées des « 2D-bar-coded technologies. » « Quelle farce! », s’indigne-t-il, ajoutant que « zot pe coz expertise Singapour, me Singapour mem pa servi sa technologie sa! » Le leader du MSM allègue également que « inn pran nominé politik pou mett dan biro PM et pilote sa projet-là ». Il soutient que ce nominé serait un agent de la députée PTr Nita Deerpalsing. « C’est cela qu’on appelle démocratisation de l’économie? », se demande-t-il.