Originaire de Pékin et ancien responsable d’échanges culturels entre les divers pays d’Afrique et la Chine au sein du ministère de la Culture à Pékin, Song Yanqun est depuis quelques mois en poste à Maurice. Il est actuellement directeur du Centre culturel chinois (CCC) et conseiller culturel auprès de l’ambassade de Chine. Dans une rencontre avec Le Mauricien, Song Yanqun partage son appréciation de sa nouvelle terre d’accueil, annonce une série d’activités pour le Nouvel An Chinois et parle de ses projets pour le centre dont il a la responsabilité.
Le nouveau directeur du CCC, Song Yanqun, n’en est pas à son premier séjour dans l’île. Il y était venu en 2011, 2012 et 2013, alors qu’il était encore attaché au ministère de la Culture à Pékin. « Chaque année, le ministère de la Culture en Chine envoie un grand groupe artistique à Maurice. J’avais accompagné une délégation dans le cadre d’un échange culturel », explique-t-il.
Avant d’atterrir à Maurice, outre sa fonction au ministère de la Culture, Song Yanqun a travaillé au Népal de 1996 à 1999 et de 1999 à 2002. Il a également exercé au Consulat chinois en Australie. De 2006 à 2010, c’est à Addis Abeba qu’il a apporté ses services. Et, à Maurice depuis novembre 2015, Song Yanqun devrait y rester pour quelque quatre années.
Mais, déjà, des informations qu’il a pu glaner ici et là, et de ses propres observations, le directeur du CCC, dit apprécier le multiculturalisme et les « paysages pittoresques de Maurice. J’apprécie l’hospitalité des Mauriciens. Diverses cultures se mêlent pour composer une culture particulière au pays. En tant que Chinois, je suis fier des Sino-Mauriciens qui, grâce aux efforts des générations précédentes jouent un grand rôle dans la société mauricienne. »
S’il y a encore des points communs entre les Sino-Mauriciens et les Chinois, pour Song Yanqun, ce sont surtout les « vertus traditionnelles telles la responsabilité, le dévouement, la bienveillance. Si la plupart des Sino-Mauriciens ne parlent pas Chinois et qu’il existe des différences en matière de culture et de moeurs, ils ont quand même gardé des coutumes et des valeurs. »
Quand il était au ministère de la Culture à Pékin, Song Yanqun a contribué à la réalisation de l’accord récemment signé entre le ministère des Arts et de la Culture à Maurice et son homologue en Chine. « Cet accord couvre plusieurs domaines, dont la culture, les arts, la bibliothèque, le musée, l’éducation. J’ai la responsabilité de les mettre en oeuvre à Maurice. » En 2016, selon lui, le gouvernement chinois enverra plusieurs groupes artistiques chinois à Maurice. « J’inviterai quelques artistes locaux à participer à l’International Folk Festival en août prochain. Il y aura par ailleurs des programmes de formation pour des artistes mauriciens en Chine dans des domaines aussi divers que les bibliothèques, les musées… »
Pour le Nouvel An Chinois, Song Yanqun annonce d’abord une importante exposition par le réputé Capital Museum de Pékin qui se tiendra au CCC à partir du 4 février. L’évènement présentera les coutumes traditionnelles à l’occasion du Nouvel An chinois. Ensuite, le 6 février, à partir de 18h, un spectacle sera assuré au Port-Louis Waterfront par une grande troupe artistique de Shanxi. Toujours le 6 février, à partir de 18h, au Trianon Shopping Mall, les artistes locaux du CCC (danse, arts martiaux, tai-chi) se produiront pour le plaisir du public. Le 8 février, est prévu l’International Gala Show au J&J auditorium avec des artistes de la province de Shanxi de même que des artistes locaux, dont Jane Constance qui devrait interpréter une chanson en chinois.
Au cours de l’année, le directeur du CCC compte organiser un événement à chaque fête traditionnelle dont le Dragon Boat Festival, le Mid-Autumn Festival, le Nouvel An ou encore le Chinatown Food Festival. « Nous pourrons inviter de grands chefs chinois », relève-t-il. Au programme également cette année, en collaboration avec le ministère des Arts et de la Culture, la venue de l’Opéra de Pékin, China Today . « Nous allons peut-être diffuser de grands films chinois au cinéma, organiser des expos et des conférences en lien. »
Outre la danse et les arts martiaux au CCC, des sessions de formations sont par ailleurs prévues telles l’art du papier découpé, création florale, cérémonie du thé. Le directeur du CCC rappelle que son rôle est de servir de « plateforme pour montrer le charme de la culture traditionnelle chinoise et permettre à plus de Mauriciens de mieux connaître la Chine contemporaine. » Et d’ajouter que « depuis sa fondation, le CCC s’attelle à faire rayonner la culture chinoise à Maurice, à pousser les échanges culturels entre les deux pays et à renforcer la connaissance mutuelle et l’amitié entre les deux pays. Je continuerai à mener à bien ce travail. »