Le déroulement des examens du CPE 2012, qui ont débuté hier, fait aussi l’actualité du fait que deux personnes occupant des postes de responsabilité dans le même centre d’examen n’ont pas déclaré leurs intérêts. L’une est Head Teacher à l’école P.C. K Aryan Vedic, établissement très côté, et l’autre est un syndicaliste bien connu. Ces personnes ont enfreint les règlements stipulant clairement que ceux qui veulent travailler pour ces examens doivent faire savoir dans une Declaration Form s’ils ont ou non des “wards” ou des “close relatives and others” prenant part à ces examens.
Chaque année, dans le cadre des préparatifs des examens du CPE, le MES entreprend un survey dans toutes les écoles primaires publiques de la République de Maurice pour enregistrer les personnes qui souhaiteraient travailler pour ces examens (surveillance des salles et correction des scripts). Lors de ce survey toute personne intéressée doit préciser si elle a des enfants ou des close relatives/others participant aux prochains examens. Le “others” inclut voisins ou autres personnes vivant sous le même toit même si ces derniers n’ont aucun lien de parenté direct avec la personne qui officiera pour les examens.
Le MES demande par la suite aux officiers sélectionnés  de confirmer leur acceptation pour le poste et de dire à nouveau s’ils n’ont pas de lien de parenté avec les futurs candidats à ces examens. Le personnel des examens a eu donc deux occasions pour notifier cette dernière information au MES et c’est pour cette raison que le silence de ces deux personnes à des postes de responsabilité donne lieu à des commentaires sévères parmi le personnel.
Or, c’est en fin de matinée hier matin, juste après le questionnaire de Français, que le MES a été alerté par des parents des candidats que le petit-fils de la Head Teacher de l’école Aryan Vedic prenait part aux examens alors que sa grand-mère agissait comme Principal Invigilator au centre d’examens Baichoo Madhoo. Cette dernière n’a pas nié le fait et le MES l’a immédiatement suspendue de ses fonctions. Après la découverte de cette non-déclarartion, le syndicaliste occupant le poste d’Assistant Presiding Invigilator dans le même centre a, lui,démissionné, ce matin, de cette fonction en envoyant une lettre au MES. Il aurait lui aussi un proche parent parmi les candidats.
Les contrevenants à ces règlements sont passibles de sanctions sévères, notamment des suspensions pour plusieurs années, ou des paiements d’amendes n’excédant pas Rs 10 000 ou même des peines d’emprisonnement ne dépassant pas une période de deux ans.