La Computer Emergency Response Team of Mauritius (CERT-Mu), du National Computer Board, a procédé mercredi, au lancement officiel d’un atelier de travail axé sur la « Computer Security Week ». Cet événement annuel réunit les représentants du secteur privé et public en vue de prendre connaissance des risques et des possibilités pour mieux renforcer leur système de sécurité informatique. Le lancement a eu lieu en présence du ministre des Technologies de l’Information et de la Communication Tassarajen Pillay Chedumbrum et des responsables du NCB dont le CEO Dan Faugoo et le président S.Ramgoolam.
Lors de son allocution, Tassarajen Pillay Chedumbrum devait rappeler que la « Computer Security Week » est un événement annuel, initié en 1988, et célébré au niveau mondial, le 30 novembre. Le but : appesantir sur l’importance de renforcer la sécurité informatique. « L’idée derrière, est de rappeler aux personnes qu’il faut toujours protéger leurs systèmes et informations, constituant un outil vital », a soutenu le ministre des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).
« Information Security is not a responsibility or privilege granted merely to guards or security agents. Information security is everyone’s concern. Anyone and everyone who connects or sends/receives messages and files over the Internet should be security conscious, concerned and competent », a rappelé le ministre des TIC.
Tassarajen Pillay Chedumbrum devait par ailleurs indiquer que les failles relevées dans les systèmes de sécurité étaient bien souvent dues à l’erreur humaine. « Ceci est vrai quand une personne a omis de fermer une porte ou verrouiller un tiroir qui contient des informations de nature sensible… Et cela attire des personnes malveillantes, veillant au grain, pour accéder à vos données à travers des moyens déloyaux et perfides. Et on appelle cela : vulnerabilities. Attackers exploit these vulnerabilities to hack into your networks and steal confidential information or even commit frauds », a mis en garde le ministre des TIC dans la même foulée.
Rappelant les implications de la sécurité informatique, à savoir la confidentialité, l’intégrité et l’accessibilité à l’information, le ministre devait dire comment un ordinateur peut être la proie d’un virus en moins de cinq minutes. « If Security awareness helps you understand various threats that exist in your environment and take responsible steps to guard them », a souligné Tassarajen Pillay Chedumbrum.
Évoquant les nombreuses façons de contrer ces attaques, dont l’utilisation des outils de sécurité comme Firewall ou encore des mots de passe puissants, Tassarajen Pillay Chedumbrum devait également insister sur la raison pour laquelle il est important d’être en lice pour se défendre.
S’appuyant sur le Bit Defender 2011 E-Threats Landscape report, le ministre devait indiquer que le nombre de « data breaches et outages » ont considérablement augmenté durant la période étudiée. Et pour être à l’abri en 2012 et durant les prochaines années, il est primordial de comprendre les dangers ayant menacé le monde informatique les années précédentes.