Le président de la Confederation of Independent Trade Unions (CITU), Suraj Ray, a soutenu, hier, qu’il existe beaucoup trop de syndicats à Maurice et que nombre de syndicalistes ne travaillent pas dans l’intérêt des travailleurs, mais dans leur propre intérêt.
« Finn ariv ler pou met lord dan nou lakaz », a lancé M. Ray, avant de suggérer « ase avek fason fer Sadien, Benydin, Peerun ek lezot Rehana Ameer ». Selon M. Ray, les travailleurs ont besoin de syndicalistes responsables « pas de ceux qui ne font que voyager ou nek pran time-off ». Il a soutenu que certains syndicalistes sont contre le dialogue et ne passent leur temps qu’à critiquer les autres.
M. Ray a déclaré que cette situation ne peut continuer et que l’International Labour Organisation (ILO) serait du même avis. « L’ILO a proposé le regroupement des différentes confédérations sous un Conseil des Syndicats (CDS) mais voilà qu’il y a des divisions maintenant avec la décision de la National Trade Union Confederation (NTUC) de se retirer de ce regroupement », a-t-il déclaré. Selon lui, le CDS est venu faire l’unité entre les différentes confédérations. Le président de la CITU a insisté pour que les syndicalistes se ressaisissent et « seki kapav travay li travay seki pa kapav li ale li les laplas a bann zenn. »
Pour sa part, Vinod Seegum a soutenu qu’il a toujours lutté contre la prolifération des syndicats à Maurice. Il a qualifié de « dinosaures » certains syndicalistes « ki pe nek zwir dan zot lavi », avant de s’interroger sur leur bilan en tant que dirigeants syndicaux. « N’est-il pas contradictoire de les voir siéger sur les boards de certains organismes publics, tout en faisant croire qu’ils sont en train de défendre les intérêts des travailleurs ? », s’est-il demandé. Il s’est aussi demandé pour quelle raison le nombre de membres du Mauritius Labour Congress (MLC) est passé de 65 000 à 7 000 et celui de la NTUC de 30 000 à 19 000. Selon M. Seegum, la CITU compte 24 000 membres contre 14 000 à la Confederation of Free Trade Union (CFTU), 8 000 à la CTSP et 5 000 à la Mauritius Trade Union Congress (MTUC).