C’est une coïncidence. Cet argent ne vient pas d’Alvaro Sobrinho.” Les réponses d’Ameenah Gurib-Fakim au Senior Puisne Judge Asraf Caunhye (AC) ont défrayé la chronique durant la semaine. Lors d’un interrogatoire de deux heures devant la commission d’enquête Caunhye, mardi, l’ex-présidente de la République a affirmé avoir utilisé la Platinum Card du Planet Earth Institute (PEI), 58 fois en sept mois, et cela par inadvertance.

“Mrs Fakim, let us be clear. We don’t want to take you by surprise. Let us make a very clear distinction. Refunding does not cure the issue. Refunding may be a mitigating factor mais la question est est-ce qu’en tant que Présidente de la République, aviez-vous le droit d’accepter cette carte de crédit du PEI pour vos fonctions de Vice-Chairperson ?”, a déclaré Asraf Caunhye. Ce dernier, en présence de ses deux assesseurs, les juges Nirmala Devat et Gaitree Jugessur-Manna, a interrogé l’ancienne présidente sur les échanges de courriels en mars 2016 avec l’ASA Investment pour une Private Bank Licence. 

“Ces courriels électroniques démontrent que vous faisiez le suivi avant de rencontrer l’ex-Chief Executive de la Financial Services Commission, PK Kuriachen. This has nothing to do with philanthropic activities or science.” Ameenah Gurib-Fakim devait à son tour répondre qu’elle n’a agi que dans l’intérêt du PEI qui est elle précise, la CSR Foundation, d’une institution privée, d’où le besoin “d’investissements, de fonds. Je n’ai jamais influencé la FSC ou encore d’autres institutions pour l’obtention de licences. I was being kept apprised.” 

Par ailleurs, Ameenah Gurib-Fakim a été interrogée sur son rôle par rapport à Alvaro Sobrinho et l’ASA Group, et pour avoir plaidé en faveur de ces derniers auprès de SAJ alors Premier ministre. Chose qu’elle a elle-même confirmé, insistant sur le fait qu’elle l’a aussi fait pour d’autres investisseurs. “You have made a very strong case for Alvaro Sobrinho and ASA to obtain an Investment Banking Licence and Land. Vous avez demandé au Premier ministre d’assurer que le nécessaire soit fait et que ‘they are attended to properly”, devait déclaré Asraf Caunhye. En outre, il relève une “coïncidence”. “Le 27 octobre 2016, vous écriviez au Premier ministre que l’achat le plus conséquent que vous ayez fait par inadvertance est en date du 28 octobre pour des bijoux valant un demi-million de roupies”, souligne le Juge Caunhye. Ameenah Gurib-Fakim répondra par “c’est une coïncidence. Cet argent ne vient pas d’Alvaro Sobrinho”. 

Elle a ensuite été interrogée quant à son intervention en octobre 2016 auprès de M. Jhugroo pour les facilités VIP à l’aéroport, et a répondu ne lui avoir parlé qu’une seule fois pour une affaire de passeport diplomatique. Rentrant dans le vif du sujet de la Platinum Card remise à Ameenah Gurib-Fakim “pour les frais de vos voyages et les dépenses logistiques en relation aux missions pour PEI”, celle-ci soutint que “la carte avait été émise selon un Memorandum of Understanding signé entre la Bill Gates Foundation et le PEI”, en mai 2016. Une carte qui lui a été accordée sur décision du conseil d’administration et signée par Alvaro Sobrinho et Mauricio Fernandes, a d’ailleurs souligné Asraf Caunhye.

‘Fairly active’ 

“Mais vous étiez ‘fairly active’ comme vice-présidente Chairperson du PEI en participant dans plusieurs de ses foncions. Vous avez envoyé des lettres portant le sceau de la présidence à des chefs d’Etat en relation aux affaires de PEI. That is Correct ?”, a demandé Asraf Caunhye (AC). Ameenah Gurib-Fakim (AGF) a aussi confirmé avoir fait des dépenses de Rs 2 252 184.71 de septembre 2016 à février 2017, dont Rs 2 millions utilisées principalement pour le shopping. Et de septembre 2016 à mars 2017, cette carte a été utilisée 58 fois pour des achats personnels.

“AC  : Vous avez mentionné dans votre communiqué avoir utilisé cette carte Platinum par inadvertance pour des dépenses chiffrées à USD 27 000 ?

AGF : Au moment où je faisais les comptes, je n’avais pas tous les détails.

AC : Quand vous dites par inadvertance, c’est par erreur ? By mistake ?

AGF : Oui.

AC : Si vous aviez su que c’était la carte de PEI, vous ne l’auriez pas utilisée ?

AGF : Certainement.”

En effet, Ameenah Gurib-Fakim soutient que cette “inadvertance” serait due à la similarité entre la Platinum Card et une carte de crédit de la même couleur. “J’avais une Credit Card identique et de la même couleur et dans beaucoup de commerces vous n’avez pas besoin de code PIN.” Répondant par ailleurs au juge qui soutient qu’Ameenah Gurib-Fakim a utilisé la carte PEI en onze occasions en octobre 2016, pour un montant de  Rs 1 059160, Ameenah Gurib-Fakim répond qu’elle “a un arrangement à la Barclays Bank pour des Top Up automatiques.” 

Autre point soulevé lors dans l’interrogatoire: Ameenah Gurib-Fakim rembourse toutes les dépenses effectuées sur la carte PEI en mars 2017, à sa démission. Soit au même moment, où la presse s’intéresse au PEI :

AC : Est-ce une coïncidence que tout est devenu clair pour vous et que votre inadvertance est dissipée en mars 2017? C’est quand la presse a mis en relief les scandales en 2017 “as a result of which you had no choice but to reimburse to save your situation ?”

L’ancienne présidente la République a aussi été entendue sur le volet de la commission d’enquête avortée à sir Hamid Mollah, QC.