Le président de la Fédération des Travailleurs Unis (FTU), Atma Shanto, a vivement déploré l’absence de propositions pour une révision de la grille salariale des employés des établissements hôteliers. Intervenant hier lors d’un point de presse au siège de son association à Port-Louis, il a commenté le récent rapport du NRB émis pour ce secteur.
Revenant sur les propositions émises par sa fédération pour ce secteur, Atma Shanto déplore que celles-ci ont été ignorées par le NRB. La FTU avait demandé la réduction du nombre d’heures de travail à 40 par semaine, le calcul du montant des heures supplémentaires sur chaque journée de travail, la mise en place d’un shift allowance ainsi qu’une révision de la grille de salaires. Toutefois, le récent rapport ignore ces demandes. Seuls une minorité d’employés recevront une augmentation salariale. La FTU déplore également la suppression de la formule « prolonge illness ». « Cette formule permet à un employé hospitalisé et dont tous les sick leaves ont été écoulés de toucher la moitié de son salaire », explique Atma Shanto. Mais le NRB recommande que ce critère soit enlevé afin que l’employé hospitalisé utilise les sick leaves accumulés. Si les heures de travail ont été réduites de 48 à 45 par semaine, la FTU déplore qu’aucune proposition n’ait été formulée pour le paiement des heures supplémentaires. « Le rapport demande aux employés de réclamer un collective bargaining pour les nouvelles grilles de paiement des heures supplémentaires. Mais il indique également qu’une grande majorité des employés d’hôtels ne sont pas syndiqués ». Et de fustiger la position du NRB sur cet item. « Li tir so kanet dan zwe li met sa lor ledo sindika », lance Atma Shanto. Affichant sa déception, la FTU compte faire parvenir au ministère du Travail des contre-propositions d’ici la semaine prochaine. Le point de presse s’est tenu en présence des membres de l’Organisation of Hotels, Private Club and Catering Workers Unity et du Grand-Gaube Hotel Staff Union.