« Se enn zour historik pu pays. SAJ inn démissioné pu met li a kote ek lepep ek pu combat pu lepep. Enn nouvo soley pu amen boner dan leker sak Morisien », a déclaré Pravind Jugnauth, leader du MSM, lors d’une conférence de presse hier. C’est sa première déclaration, après la démission de Sir Anerood Jugnauth. L’occasion pour lui de préciser qu’il continuera à assurer le leadership du MSM et commenter l’actualité des dernières vingt quatre heures.
« Se enn Président combatif, tre determiné, confiant ek rempli de zele pu so pays. Nu tout cone so franc parler ek so volonte intact pu servi la nation morisienne », dit-il. Il a ajouté que SAJ n’a pas hésité pour quitter son fauteuil de Président « renonçant ainsi à ses avantages et privilèges pour répondre à l’appel de détresse de la population mauricienne face au gouvernement Travailliste qui dirige le pays dans un gouffre profond ». Il rappelle que l’ancien Président veut rétablir le Law & Order et combattre la mafia de la drogue.
Il a soutenu qu’il a évoqué à maintes reprises ces problèmes avec Navin Ramgoolam quand il était président, mais que ce dernier ne pensait qu’à « sauver ses brebis Travailliste ».
Selon lui, SAJ est connu comme le père du développement économique et social à l’île Maurice. « Il est un père pour chaque Mauricien et  est source d’inspiration pour une nouvelle île Maurice », a-t-il ajouté. Rappelant les combats menés par Sir Anerood Jugnauth contre les trafiquants de drogue dans le passé, il indique que SAJ « prendra les taureaux par les cornes pour rétablir la justice et l’équité face à la décadence sociale ». Ainsi, dit-il, depuis la démission de ce dernier, il y a « une effervescence, un élan national pour soutenir SAJ » qui est redescendu dans l’arène politique pour « accélérer la fin de règne de Navin Ramgoolam ». Pravind Jugnauth a déclaré que des défections sont à prévoir à tous les niveaux au sein du Partie Travailliste.
Abordant le deuxième volet de sa conférence de presse, en faisant un survol de la situation « catastrophique qui règne dans les municipalités », Pravind Jugnauth s’est alors appesanti sur le redécoupage des circonscriptions qui s’est fait sans consultation. Il a également rappelé qu’Hervé Aimé « n’a pas respecté son serment en boycottant la convocation de SAJ alors Président ».
Se diant non rancunier, il a cependant refusé de se prononcer pour un éventuel rapprochement avec l’Union nationale (dont le leader n’est nul autre que son oncle Ashok Jugnauth) en vue d’une alliance MSM/MMM-UN sous le leadership de Sir Anerood Jugnauth. Ce dernier sera candidat comme Premier ministre pour les premiers trois ans, tandis que Paul Bérenger le sera pour les deux ans restants.
———————————————————————————————————————————
L’Union nationale favorable à l’alliance MMM/MSM
L’Union Nationale a réuni son comité central, hier, à St.Pierre où son leader Ashok Jugnauth a fait comprendre que son parti n’est pas contre  la nouvelle alliance, remake entre le MMM et le MSM, et qu’il pourrait y jouer un rôle dans l’intérêt du pays. Il attend d’en discuter avec son allié le MMM, qui l’informe régulièrement de tous les développements, et n’écarte pas, bien au contraire, la possibilité de travailler avec Pravind Jugnauth et SAJ pour sauver le pays mais reconnaît qu’il n’y a pas de contact direct avec son neveu et son frère. Quant à la demission de SAJ comme président de la République, le leader du Front national trouve que c’est son choix et qu’il faut le respecter au lieu de palabrer à tort ou à travers, comme le font les membres du gouvernement.