Cela fait bientôt deux semaines que le conflit israélo-palestinien a connu sa tournure la plus grave depuis la seconde Intifada. Malgré les innombrables demandes de l’ONU pour un cessez-le-feu, et les manifestations tenues à travers le monde, ce conflit continue de défrayer l’actualité. Chaque jour, le nombre de victimes innocentes augmente, suite aux attaques et aux bombardements.
Deux semaines après le début du conflit, la bande de Gaza a été encore intensément pilonnée le lundi 21 juillet, portant à près de 550 le nombre de Palestiniens tués, des civils pour la plupart. On compte beaucoup d’enfants parmi les victimes. La journée du dimanche 20 juillet a été la plus meurtrière, avec plus de 140 Palestiniens tués, dont plus de la moitié dans le pilonnage du quartier de Chadjaya, dans l’est de la ville de Gaza. Des tirs d’un char israélien ont touché l’hôpital Al-Aqsa dans le centre de la bande de Gaza, faisant quatre morts et quelque 70 blessés. Les secouristes tentaient tant bien que mal de les évacuer pour les soigner ailleurs. Selon les secours palestiniens, pas moins de 112 mineurs, 41 femmes et 25 personnes âgées ont été tués depuis le début de l’offensive israélienne, sans compter plus de 4,000 blessés.