Le District Councillor, Ved Golam, représentant du village de Moka au Conseil de District de Moka, serait le favori pour occuper le poste de président de cette collectivité locale suite à la démission hier du titulaire, Nunkumar Balloo. Le vice-président de ce conseil, Vinaye Bussawon, a également soumis sa démission de son poste, qu’il occupe depuis ces cinq dernières années. Selon certaines informations, une élection aura lieu vendredi prochain au siège du conseil de Quartier-Militaire pour élire un nouveau président et un nouveau vice-président.

Interrogé ce matin, Ved Golam a nié entreprendre quelconque démarche dans ce sens. « Ce n’est pas que je ne suis pas intéressé. J’ai occupé ce poste de 2012 à 2014. Je sais que je peux bien le faire car je possède une bonne expérience dans le domaine. Je dirai cependant qu’il est encore trop tôt pour penser à cette possibilité. Le président n’a soumis sa démission qu’hier mais je ne dirai pas non à une proposition dans ce sens. Franchement, laissons les choses évoluer », a-t-il déclaré.

D’autres conseillers estiment que Ved Golam, qui est aussi membre exécutif du Conseil de District de Moka, est bien placé pour occuper ce poste. Certains ont exprimé leur souhait que ce dernier soit élu à ce poste « car c’est un bon travailleur ». Mais d’autres pensent que c’est la politique qui décidera quel conseiller dirigera ce Conseil de District pour les deux prochaines années. Des tractations seraient déjà en cours depuis hier soir pour faire élire un autre conseiller à ce poste, dont le nom n’est pas cité pour l’instant.

Les démissions du président Nunkumar Balloo et du vice-président Vinaye Bussawon sont intervenues après que neuf conseillers sur 17 ont déposé une motion de blâme hier matin contre le vice-président pour le forcer à la démission. Raison invoquée : il occupe ce poste depuis cinq ans et certains conseillers pensent qu’il doit céder sa place aux autres. « Il faut donner l’occasion aux autres conseillers qui représentent d’autres villages d’occuper ce poste. Depi sink an, zis St-Pierre pe asiz lor sa poss la », a déclaré l’un d’eux. C’est dans le sillage de cette motion de blâme que le vice-président et le président ont tous deux démissionné de leurs postes respectifs. Certains conseillers avancent qu’il y aurait eu pression « depi lao pou zot demisione »