À la veille de la date limite pour organiser l’assemblée générale spéciale pour entendre et faire voter la motion de blâme concernant l’action de Gilbert Merven à la tête du club, c’est à travers une lettre en date du vendredi 12 septembre dernier, signée de Benoît Halbwachs, le secrétaire, que les membres ont été mis au courant de l’existence de cette demande et de la conclusion des administrateurs.
Il y est écrit, sans explication aucune et sans faire mention de son contenu d’ « une correspondance » portant l’intitulé « Special Resolution » reçue le 1er septembre 2014 au MTC, que les administrateurs du club ont jugé irrecevable sur avis légal, sans expliquer pour autant ce qui avait motivé sur le fond leur décision.
La démarche du groupe des contestataires qui pointait du doigt la gestion des courses au Champ de Mars par le président Gilbert Merven ces dernières années exigeait une assemblée générale extraordinaire, comme le prévoit les statuts du MTC. À travers le président, il visait l’ensemble de l’actuelle administration, jugée responsable du fait que la réputation du MTC a été entachée par des scandales à répétition, comme ne l’aura jamais vécu le monde hippique local vieux de plus de 200 ans.
Cette motion avait recueilli plus de 70 signatures de soutien — le nombre requis étant de 61 sur la base du recensement d’avril 2013, quand 620 membres du MTC étaient convoqués à l’assemblée générale spéciale pour le changement des statuts du club — et les contestataires s’attendaient à une convocation dans la prochaine quinzaine suivant le dépôt de leur demande pour une AG spéciale, avec comme thème principal une motion de blâme contre leur président. Une première pour un MTC bicentenaire.
Or, c’est une simple missive (voir plus bas) de quelques lignes signée du secrétaire Benoît Halbwachs et qui fait état uniquement d’une correspondance et d’une Special Resolution qui a été adressée aux membres du club vendredi dernier. Sans autre explication.
Les signataires de la Résolution Spéciale jugent la lettre aux membres du MTC scandaleuse dans la mesure qu’elle a totalement occulté le contenu de la motion de révocation et sans explication de la motivation du refus de considérer cette motion. Ils condamnent ce refus d’AG, qu’ils qualifient d’ « unilatéral » et de « peu courageux ».
Sur ce constat de ce qu’ils considèrent aussi comme un possible « conflit d’intérêt », puisque les administrateurs ont décidé sur une action engendrée contre l’un des leurs et indirectement vers eux-mêmes, les oppositions à l’encontre de Gilbert Merven et ses collègues ne comptent pas rester les bras croisées. Ils n’écartent pas un recours au niveau du Registrar of Associations.
Pour rappel, la Special Resolution était ainsi libellée : « That Mr. Gilbert Merven be and is hereby revoked with immediate effect as Administrator of the Mauritius Turf Club for having in his capacity as President of the Board of Administration led the club in such a way that the reputation of the club and its members has been clearly brought into disrepute and the integrity of horse racing has been patently discredited. »