Jeff Louis Alexandre Coulon, un marchand de fruits opérant à Curepipe, a été condamné à quatre ans de prison pour avoir été l’auteur d’une agression fatale sur la personne de Michaël Désiré Laval Moussa. Il était poursuivi pour coups et blessures ayant causé mort d’homme mais infligés sans intention de la donner.
C’est à la suite d’un incident survenu le 14 janvier 2012, soit deux ans de cela à quelques jours près, que la victime a été agressée. Ayant plaidé coupable de cet acte, l’accusé n’a retenu aucun avocat pour l’assister dans sa défense lors du procès qui s’est déroulé devant la magistrate Niroshni Ramsoondar. La poursuite était représentée par le Police Prosecutor affecté à la salle d’audience de la cour criminelle intermédiaire où s’est déroulé le procès, l’inspecteur Ragavoodooo.
Ce dernier a produit au tribunal des dépositions données aux enquêteurs par l’accusé. Dans celles-ci, il fait le récit de tout ce qui s’est produit en ce 14 janvier 2012.
D’entrée en matière, Jeff Coulon explique qu’à cette époque il vivait en concubinage avec une femme qui avait à sa charge ses trois enfants. Cette relation était critiquée par ses amis, dont la victime.
Ce jour-là, il était chez lui en compagnie de son amie, quand il a aperçu la victime rodant autour de la maison. A un certain moment, dit l’inculpé, Moussa a fait irruption dans la maison. Le premier remarque que son « ami » est ivre. Moussa s’en prend à la compagne de l’accusé, qui essaye de le raisonner mais en vain. Ayant en sa possession un couteau, Moussa essaye de lui infliger des coups. Coulon élève la voix pour lui dire de vider les lieux. Moussa devait obtempérer mais après quelques minutes, il revient à la charge, armé cette fois d’un sabre. Voyant que les actes de Moussa prennent une tournure dangereuse pour lui, le prévenu s’empare d’une bouteille de bière sur la table et donne des coups à la victime. Cette dernière résiste et passe à la contre-attaque. Coulon lui assène des coups à l’aide d’une fourchette avant d’utiliser un couteau de cuisine pour le mettre KO, ayant infligé plusieurs coups au visiteur indésirable.
Par la suite, Coulon quitte sa résidence, puisqu’entre-temps, la concubine a averti la police. De retour chez lui plus tard, il se douche avant d’aller dormir. A son réveil le lendemain matin, il aide sa compagne à mettre de l’ordre dans le salon où il y avait des tessons de bouteille. Plus tard, des policiers viendront l’arrêter et c’est alors qu’il apprend que Moussa avait rendu l’âme, toujours selon sa version des faits donnée à la police.
L’accusé a maintenu dans une déclaration qu’il a faite du box des accusés qu’il n’avait nullement l’intention de tuer Moussa. Il a présenté des excuses à la magistrate, la priant d’être indulgente à son égard.
Pour la magistrate Ramsoondar, la gravité du délit ne peut être contestée, puisqu’il y a eu mort d’homme. Par contre, elle a ordonné que le temps pendant lequel il était en détention préventive, soit 653 jours, soit déduit de la peine de prison qu’elle lui a infligée.