Un accord a été trouvé entre la compagnie Whitedot Intl Consultancy Ltd et des victimes escroquées par la compagnie. Lors de l’appel de l’affaire devant le chef juge Eddy Balancy mercredi, l’avocat qui représente la compagnie, Me Nabil Kaufid, devait confirmer que Whitedot Intl Consultancy Ltd a accepté de rembourser un montant global de Rs 7,3 M à quatre de ses investisseurs s’étant fait duper. La somme répartie pour chacune des victimes a été acceptée en cour. Le chef juge devait ainsi ratifier l’accord.

Ils sont des centaines d’investisseurs à avoir saisi la Cour suprême pour réclamer le remboursement de l’argent qu’ils avaient placé au sein de la compagnie. Dans leur plainte en Cour suprême, tous avaient déclaré être victimes du Ponzi Scheme fomenté par la compagnie Whitedot.

C’est en 2012 que cette affaire a éclaté. Ils ont réalisé qu’ils avaient été victimes d’une arnaque. Alors qu’un jugement favorable a déjà été rendu pour la plupart des investisseurs, quatre autres ont obtenu gain de cause hier en Cour suprême. La compagnie Whitedot a ainsi accepté de rembourser le montant que ces quatre personnes ont investi dans la compagnie.

Dans leur affidavit, les plaignants soulignaient que la firme Whitedot opérait illégalement, ne détenant en effet aucun permis de la Financial Services Commission (FSC). Ils s’étaient fait avoir car ils avaient été assurés par les représentants de la compagnie qu’ils allaient obtenir des retours intéressants sur investissement, soit largement supérieur à celui que proposaient les banques commerciales à l’époque.

Par ailleurs, cinq personnes font face à un procès en Cour intermédiaire pour entente délictueuse dans le cadre de ce scandale à la Ponzi Scheme impliquant la Whitedot International Consultancy Ltd. Il s’agit de Bheemul Bissessur, un directeur de compagnie, Govinduth Lutchmun et Dylan Lutchmun, représentant commerciaux de profession, Priya Soty, traiteur, et Arun Mossudee, qui était directeur de Whitedot. Selon le chef d’accusation, les cinq accusés auraient comploté pour commettre des fraudes au préjudice des investisseurs de la Whitedot International Consultancy Ltd. Les délits auraient été commis entre 2008 et 2013.

L’enquête de l’ICAC avait été initiée en mars 2013, après des soupçons sur les activités irrégulières de la compagnie. L’ICAC avait alors procédé à l’audition d’au moins une centaine de victimes du Whitedot Ponzi, ayant placé plus de Rs 500 000 chacun dans cette société. Plus de 1 800 contrats de placements de fonds avaient été épluchés à cet effet.