Après une longue accalmie, l’enquête du Central CID sur les Ponzi Schemes, avec un préjudice évalué par la Banque de Maurice à plus de Rs 1 milliard, devrait rebondir à partir de la semaine prochaine. Ce nouveau volet de l’enquête sera axé exclusivement sur les transactions opérées par Sunkai Co Ltd de Bhimla Ramloll, dont le montant est évalué à environ Rs 150 millions. D’autre part, suite à l’initiative d’un groupe de 184 victimes de la société Whitedot International Consultancy Co Ltd pour des réclamations de l’ordre de Rs 95 millions, la Financial Services Commission, mise en cause dans ce procès, soutient avoir agi en toute diligence dans cette affaire aux termes des dispositions de la loi.
Les éléments d’informations disponibles à la fin de la semaine dernière indiquent que les limiers du Central CID, travaillant de concert avec des officiels de la FSC, ont mis à jour une autre série de contrats sous le Ponzi Scheme, soit environ 2 500 avec un préjudice de l’ordre de Rs 150 millions. Des sources proches des enquêteurs ajoutent qu’avec le « nettoyage » des fichiers informatiques, avant la saisie des ordinateurs pour les besoins d’enquête, de nombreux autres documents et contrats compromettants ont pu être détruits ne permettant pas de mesurer la Full Extent de ce scandale financier ou encore la liste complète des clients embrigadés dans ce « projet d’argent facile pour attrape-nigauds ».
Depuis la fin de la semaine écoulée, l’escouade spéciale du Central CID, affectée à l’enquête sur le Ponzi Scheme, s’est remis à la tâche de convoquer les agents de Mme Kaba pour des séances d’interrogatoires et des inculpations provisoires. Pas moins d’une soixantaine de représentants et de Canvassers de Sunkai Co Ltd, dont certains ont déjà été inculpés lors de la première partie de l’enquête, sont concernés. La majorité de ces agents font partie de la force policière, dont cet officier de police affecté à la Prosecution Unit.
Les séances d’interrogatoires porteront sur l’identification de leurs signatures en tant que représentants de Sunkai Co Ltd sur les contrats déterrés aussi bien que le nombre de clients recrutés par eux alors qu’ils assumaient les doubles fonctions de représentants de l’ordre et d’agents de Mme Kaba. Le montant investi dans ces différents contrats varie en moyenne de Rs 500 000 à Rs 750 000, a-t-on appris de sources concordantes.
En marge de la relance de l’enquête sur Sunkai, la Financial Services Commission tente de mettre les points sur les i dans cette affaire sur son website. Ainsi, la FSC s’appesantit sur le fait que « Sunkai is not a licensee of the FSC and as such cannot directly order the company to cease operations ». La Commission retrace la chronologie des événements dans la Sunkai Saga depuis le début de l’année pour soutenir que les promoteurs de ce projet, dont Bhimla Ramloll, se sont systématiquement soustraits aux règlements en vigueur.
En parallèle à ce développement au niveau du Central CID, des victimes du Ponzi Scheme, opéré par les directeurs de White Dot International Consultancy Ltd, se sont regroupés pour initier un procès en réclamations en Cour suprême. Cette affaire en réclamations d’un montant de Rs 95 millions a été logée au cours de la semaine écoulée avec la Financial Services Commission et la Banque de Maurice, les deux régulateurs des services financiers en général, mises en cause. Les victimes concernées, au nombre de 184 des 2 031, recensées par la Banque de Maurice par le truchement de son Special Ponzi Desk, affirment avoir effectué des placements variant entre Rs 20 000 et Rs 12 millions, à l’image de cet investisseur étranger domicilié à Tamarin.
Dans ce cas particulier, la Financial Services Commission conteste son inclusion sur le banc des accusés aux côtés des directeurs de White Dot International Consultancy Ltd dans ce procès en réclamations. Réagissant à la mise en demeure, la FSC répond sur son Website que « toutes les demandes soulevées par les parties concernées seront abordées par la FSC selon les procédures établies par la loi. La FSC tient également à informer le public qu’elle a agi en toute diligence dans cette affaire et a rempli toutes ses fonctions selon les lois applicables, plus particulièrement en ce qu’il s’agit de son mandat relatif à la protection des consommateurs des services financiers sous sa juridiction ».
Cependant, le véritable enjeu dans les enquêtes sur Sunkai Co Ltd et Whitedot International Consultancy Co Ltd reste de recouvrer le maximum des fonds placés par les clients en vue d’une éventuelle redistribution. La Banque de Maurice a enregistré des réclamations de l’ordre de Rs 769 millions même si le gouverneur de la Banque centrale, Manou Bheenick, affirme que « if you take into account those who did not come forward, the total amount may be estimated as being quite close to the billion ».