Le député de la circonscription Savanne/Rivière-Noire (N°14), qui s’est abstenu hier soir au moment du vote, a eu un discours quelque peu confus. Alan Ganoo semblait déchiré entre ses convictions politiques de gauche qu’il assume pleinement et la question portant sur la moralité.
Le Deputy Leader du MMM rappelle son soutien indéfectible à la lutte pour l’émancipation de la femme dans tous les domaines depuis ses années de “jeune gauchiste”, mais avoue avoir aujourd’hui « un nouveau regard » sur la question de l’avortement. « Au fil des années, le sujet est devenu pour moi plus blunt, plus paste. J’ai acquis un new outlook. Abortion is not just a medical issue, a democratical issue and a woman issue. I realise that it is also a moral issue », a-t-il expliqué.
Alan Ganoo admet toutefois que le statu quo par rapport à la loi datant de plus de 100 ans n’était plus acceptable et que le projet de loi voté hier soir mettra le pays au « diapason des obligations internationales ». Le député du N°14 salue la qualité des débats durant les cinq dernières séances parlementaires qui témoignent de la « maturité de la classe politique ». « Des débats enrichissants et parfois passionnés, passionnants et envoûtants. »
Le parlementaire constate aussi que le projet de loi a permis de sensibiliser l’opinion publique sur la question de grossesses non désirées et surtout, sur la vie sexuelle active des jeunes. « Nous devons avoir un plan d’action national sur les grossesses non désirées et mettre en place un programme d’éducation sexuelle », dit Alan Ganoo.