Airports of Mauritius Company Ltd (AML) remettra demain une série d’instruments de musique au département des prisons, qui serviront à un projet pour la création d’une chorale à la prison des femmes et à l’aménagement d’une salle de musique au Correctional Youth Centre (CYC).
AML, à travers ses fonds de responsabilité sociale des entreprises, a fait l’acquisition de plusieurs instruments de musique en vue d’assurer l’apprentissage musical des mineurs du CYC. Une guitare et un orgue seront aussi mis à la disposition des détenues de la prison des femmes.
Ce nouveau projet fait suite à une initiative de la vice-Présidente de la République afin de promouvoir des activités liées à la réhabilitation des détenus, dont les jeunes et les femmes. Cette initiative cadre avec les provisions du plan stratégique de 10 ans des Services des prisons, qui prônent l’introduction d’activités extra-curriculaires pour les mineurs en détention, et ce afin de développer leurs aptitudes personnelles et de répondre à leurs besoins de loisirs. Le lancement officiel du projet se tiendra demain à la Prison Training School de Beau-Bassin en présence de la vice-Présidente de la République Monique Ohsan-Bellepeau, du Chief Executive Officer d’AML Serge Petit, de la Senior Chief Executive du bureau du Premier ministre K. O. Fong Weng-Poorun, et du Commissaire des Prisons Jean Bruneau.
En marge de ce projet, une chorale a aussi été mise sur pied à la prison des femmes en vue de faire « réapparaître leur enthousiasme, leur spontanéité et leur joie », tout en projetant une image positive d’elles-mêmes. La création de cette chorale vise à être un vecteur de socialisation par un travail en groupe nécessitant écoute et respect des autres.
En juillet de cette année, des classes de musique ont débuté avec une douzaine de mineurs au CYC et 30 détenues de la prison des femmes. Le directeur de l’École de Musique Arpège et quatre professeurs de musique qualifiés de l’École de Musique ont animé des classes chaque semaine dans ces deux établissements.
Selon le Commissaire des Prisons, la culture est un des outils qui favorise la réinsertion des personnes incarcérées. « La culture est un véritable levier à la réinsertion car elle concourt au changement de regard de la société sur les prisons et les détenus. Elle peut aussi permettre aux personnes incarcérées de poser un autre regard sur elles-mêmes », déclare Jean Bruneau. La culture au sein de l’établissement pénitentiaire contribue à préparer le retour à la vie en société des personnes détenues et à lutter contre la récidive, selon lui. « Les actions culturelles permettent de limiter les effets désocialisants de l’incarcération, de se préoccuper autrement de son devenir, de restaurer, par la valorisation de l’image de soi, la reconquête de son corps et de ses capacités cognitives, et d’apprendre à tisser un nouveau mode de relation avec la société extérieure », soutient le Commissaire des Prisons.