Les championnats d’Afrique de cyclisme, qui se tiendront vers la mi-novembre au Burkina Faso, pourraient voir la participation des cyclistes mauriciens. C’est du moins ce qu’on laisse entendre du côté de la Fédération mauricienne de cyclisme (FMC).
« Nous avons rendez-vous au ministère de la Jeunesse et des Sports pour prendre connaissance des derniers développements », avance Hervé Flore, président de la FMC. Dans un premier temps, la FMC tente de savoir combien de coureurs pourraient faire le déplacement. Sauf que, comme tous les ans, l’argent pourrait faire défaut. Et Maurice se retrouverait avec une sélection de deux voire même un coureur.
La question est de savoir si la FMC pourra réunir le financement nécessaire afin d’y envoyer une équipe au Burkina Faso. Selon les estimations, la somme de Rs 600 000 serait nécessaire pour qu’une délégation de six personnes — cinq coureurs et un dirigeant — puisse y mettre le cap.
Pour rappel, l’année dernière, Aurélie Halbwachs avait été la seule représentante mauricienne sur les routes érythréennes. En quête d’une qualification olympique,
la Curepipienne avait ramené dans son escarcelle deux médailles de bronze, au contre-la-montre individuel et à la course en ligne.
Il convient de noter que sa deuxième médaille a été la plus belle quand, alors qu’elle était isolée, elle s’est défait de la Sud-Africaine Joanna Van de Winkel et des Érythréennes Wehazit Kidane et Senait Araya pour aller chercher la médaille de bronze, ce qui lui ouvrait un peu plus la porte pour Londres 2012.
Dans le cas où elle est retenue pour disputer ses sixièmes championnats d’Afrique, elle retrouvera certainement sur sa route la Sud-Africaine Ashleigh Moolman Pasio, double médaillé d’or l’année dernière (contre-la-montre et course en ligne), qu’elle a rencontrée encore une fois cette année sur le 100 km Anou Pédaler.
À ce matin, la FMC attendait toujours la réponse du MJS. « Nous attendons pour voir quel est le montant de l’aide que nous pourrons recevoir. Le nombre de coureurs dépendra de la somme que nous aurons », indique Hervé Flore.
Dans un autre ordre d’idées, la FMC se retrouve avec une correspondance de la Solidarité Olympique pour une formation pour entraîneurs de niveau 1. La fédération est donc dans l’obligation de réunir une vingtaine de personnes pour cette formation.
Selon Hervé Flore, la formation pourrait être dispensée par un étranger. « Nous avons contacté l’UCI pour voir si elle pourra déléguer un technicien pour nous aider », avance le président de la FMC.
Selon toute vraisemblance, ce cours, qui devrait durer une dizaine de jours, se tiendra en novembre. « Nous écrirons aux clubs pour leur demander de déléguer des entraîneurs pour cette formation. Nous espérons avoir le maximum de personnes pour cette formation », conclut Hervé Flore.