Photo d'illustration

La campagne sucrière 2019 démarre lundi avec la mise en route de l’usine d’Alteo à Union Flacq. Selon les premières estimations, la production sucrière devrait tourner autour de 325 000 tonnes cette année. Après Alteo, ce sera à Terra de démarrer la production sucrière dans le secteur nord le 24 juin alors que Omnicane, située dans le sud de l’île, démarrera le 26 juin. Cette récolte sera marquée par la roulaison des trois usines précitées uniquement. Médine a en effet fermé ses portes à la fin de la récolte 2018 pour des raisons économiques.

Les cannes de cette dernière “factory area” seront acheminées vers les trois usines encore en activité. Selon les indications disponibles à ce jour, la récolte sucrière devrait se terminer vers la fin décembre. Selon la Chambre d’agriculture, dans l’ensemble, les conditions climatiques en termes de pluviométrie, d’ensoleillement et de températures ont été plutôt favorables au développement de la canne durant la période de croissance (d’octobre à avril). En termes d’élongation, la hauteur totale de la canne fin avril était comparable, voire supérieure, à la normale, sauf pour le secteur nord.

Au niveau de la richesse, il est encore trop tôt en ce début de période de maturation pour se prononcer car l’amplitude des températures et de l’ensoleillement n’a pas été optimale pour l’accumulation de saccharose. Une évolution positive est toutefois à prévoir avec l’arrivée de l’hiver. En se basant sur les informations récoltées à ce stade, et tenant compte des conditions climatiques actuelles, la production sucrière pour 2019 est donc estimée à environ 325 000 tonnes, basée sur une production de canne d’environ 3 millions de tonnes et d’un taux d’extraction moyen de près de 10%. Il faut cependant noter que la production finale sera tributaire des conditions climatiques qui prévaudront pendant la période de maturation de la canne. A titre comparatif, en 2018, 3,15 millions de tonnes de canne avaient été récoltées, donnant une production de 323 406 tonnes de sucre avec un taux d’extraction moyen de 10,26%.