Le magistrat Daniel Dangeot, qui préside l’enquête judiciaire pour faire la lumière sur le décès en détention policière d’Iqbal Toofany, a procédé à une visite des lieux hier en présence des représentants du Directeur des poursuites publiques (DPP), ceux agissant comme “watching briefs” ainsi que le chef inspecteur Roshan Kokil.
Sous escorte policière, le magistrat Dangeot s’est rendu devant l’entrée principale de La Balise Marina, où Iqbal Toofany avait été interpellé au volant d’une Toyota Vitz par des officiers de l’Emergency Response Unit (ERS). Il s’est ensuite rendu au poste de police de Rivière-Noire qui se trouve à cinq minutes en voiture de l’endroit où Iqbal Toofany avait été arrêté, le bureau de la CID de Rivière-Noire se trouvant à l’étage. Le magistrat a ainsi pu avoir des éclaircissements sur la manière dont les entrées sont faites par les officiers de police, en relation avec les contradictions constatées concernant les heures inscrites manuellement et celles inscrites par voie informatique.
De retour au tribunal de Bambous, lors d’une courte séance, le magistrat a indiqué que tous ceux impliqués d’une manière ou d’une autre dans cette affaire seraient appelés à témoigner. Me Erickson Mooneeapillay, qui fait partie du panel d’avocats représentant la famille Toofany, a quant à lui souhaité que le surintendant de l’hôpital Victoria soit convoqué pour fournir les enregistrements vidéos de cet hôpital dans la matinée du 2 mars dernier. Il a également demandé que le rapport médical d’Iqbal Toofany soit aussi produit.